Sauver un bénéficiaire du Droit au logement mis à la rue par l’Etat

Jérôme n’est pas le « fou » que certains voudraient qu’il soit…C’est un combattant généreux qui partage son histoire pour sauver sa peau mais aussi mettre en exergue tous les rouages grippés du « système ». Bénéficiaire du Dalo (Droit au logement), il a néanmoins été expulsé de son logement et se retrouve à la rue. Un plan pour l’en sortir est sur les rails !

Etre « menacé d’expulsion sans relogement » est un des critères permettant de prétendre à ce droit.
Si la Commission de médiation DALO (Droit au logement) vous reconnait comme étant prioritaire pour l’obtention d’un logement :

  • le Préfet devra vous reloger dans un délai de 3 à 6 mois (en fonction des départements) ; ce délai n’est pas toujours tenu (voir très rarement sur certains départements) mais il est possible d’engager ensuite des recours ;
  • lorsque vous êtes reconnu prioritaire DALO, si vous n’avez pas trouvé de solution de logement, le Préfet doit normalement vous proposer un relogement avant que l’expulsion ne soit réalisée (depuis une circulaire du 26 octobre 2012 : voir ci-dessous).

Sauf dans le cas de Jérôme Vigliano !

Expulsé de son logement en son absence alors qu’il est justement bénéficiaire du Dalo !
Après des mois et des mois de lutte, le voilà à la rue. Ses affaires placées en garde meuble. Sa voiture en panne. Sans aucune proposition de relogement. Après quelques jours d’hébergement par le 115, il est aujourd’hui sur le trottoir ! Il pourrait ne pas y rester, car il a trouvé en province une petite maison à louer. Seulement voila, pour y emménager, il faut des sous. Rapidement. Pour retirer les meubles placés en garde-meubles par l’huissier, payer un mois de loyer et la caution, louer un petit camion de déménagement, réparer sa voiture..

Pour ceux qui connaissent son histoire, passez si vous le souhaitez à l’étape suivante.

Pour les autres... On va essayer de la faire courte !

Il s’appelle Jérôme Vigliano, habitait au 1 rue de Chantilly à Paris, est animateur radio licencié de la radio MFM Radio en novembre 2010, sans indemnités, sans motif valable, après ce qu’il considère comme 3 ans de placard et 5 ans de harcèlement moral.

Il a également été licencié de Parenthèse Radio, réseau national « Talk Radio 100 % Famille », à Paris, suite à son refus de signer une pile de contrats de travail antidatés et signés par la patronne de la radio. Requête en cours auprès du Conseil des prud’hommes de Paris, pour licenciement abusif et harcèlement moral.

Depuis le 1er. avril 2012, il est en invalidité partielle, avec des revenus nets mensuels de 572 €. Il touche également une aide de Pôle emploi, soit au total presque 1000 € par mois. Bénéficiaire DALO (Droit au logement), il s’est fait couper le courant par EDF et là, il est entré en résistance...
Durant 1123 jours, il a tenu le journal de ses démarches pour retrouver ses droits... Mais voilà... Le mercredi 17 juin 2015, il a finalement été expulsé, en son absence, de son logement !
Après quelques jours d’hébergement par le 115, il est aujourd’hui sur le trottoir ! Il pourrait ne pas y rester, car il a trouvé en province une petite maison à louer. Seulement voila, pour y emménager, il faut des sous. Rapidement. Pour retirer les meubles placés en garde-meubles par l’huissier, payer un mois de loyer et la caution, louer un petit camion, réparer sa voiture...

Bref, au final pas tant que ça, environ 2000 euros, mais c’est pour FIN JUILLET 2015 !!!

Alors voila, quand l’État expulse un DALO, seule la solidarité demeure peut éviter à Jérôme de devenir un sdf...Si vous souhaitez l’aider, vous pouvez participer à la collecte et/ou la faire circuler auprès de vos contacts.
Pour le reste, dès qu’il aura une connexion digne de ce nom, Jérôme vous dira lui-même, j’en suis sûre ce que chacun peut faire.

Soutenons Jérôme pour que son histoire et son combat, ne sombrent pas dans les oubliettes jusqu’à ce qu’il devienne un sans-abri de plus. Soutenons-le pour réparer, grâce à la solidarité spontanée, au plus vite les « erreurs » commises par l’administration.

Merci pour lui !

Note

Grâce à la cagnotte en cours, la voiture de Jérôme est désormais réparée. Il a visité aujourd’hui la petite maison dénichée dans l’Indre : les propriétaires demandent un mois de caution qui sera payé demain. Reste à régler 1 mois de loyer (350 €), le garde meuble (environ 700 euros à ce jour + 20 € par jour), le déménagement (environ 300 € camion et essence) et les divers abonnements aux fournitures d’énergie ainsi que quelques menus frais d’aménagement (environ 200 €).
Il ne manque à ce jour que 975 € !

Mots-clefs : expulsions
Localisation : 9e arrondissement

À lire également...