Les dernières brochures parues sur Infokiosques.net [Novembre-décembre 2017]

|

Infokiosques.net publie des brochures subversives depuis presque 15 ans. Ces derniers temps, la fréquentation augmente significativement, et les propositions de brochures aussi. En moyenne, ces temps-ci une nouvelle brochure est publiée chaque semaine. Voici les 8 brochures publiées sur le site en novembre et décembre 2017. Cliquez sur le titre ou l’image pour arriver sur la brochure.

L’amour, le sexe, pourquoi j’ai déserté

Il y a des années, j’ai cherché pendant un moment des trucs à lire sur l’asexualité et sur l’aromantisme, sur comment faire autrement, construire autre chose. J’avais besoin de remuer ces trucs là pour y réfléchir, pour mieux comprendre, sans trop savoir ce que je cherchais précisément. (...) Depuis, j’avais envie de sortir quelque chose, pour que quelque chose existe.

Sommaire :

  • Pourquoi j’utilise ou pas le mot asex ?
  • Pourquoi j’utilise quasi jamais le mot aromantique ?
  • Pourquoi tu ne fais pas de sexe ?
  • Arrêter le sexe
  • Les relations physiques, se toucher
  • Quel est ton rapport aux relations physiques avec les autres ? À comment se toucher ?
  • Le désir
  • En parler
  • Pourquoi tu voudrais être plus visible comme asex et aromantique ?
  • Bonus : deux extraits de L’Enigme de l’Univers, de Greg Egan
    PNG - 28 ko

Feu aux culs ! 2

Ce soir, c’est BDSM, mixte. Irina est à la manœuvre et on trouve dans le sauna un surprenant mélange de queers squatteurs hardcore et d’hétéro­sexuels habitués aux soirées « classiques » du lieu. Le cocktail est explosif, presque autant que nos nuits incendiaires. Laisses, colliers, jock-strap, harnais, ball gags, simili-cuir et toys DIY.


JPEG - 18.3 ko

Quand les hommes m’expliquent

Introduction au concept de mansplaining.

"Oui, des personnes des deux sexes surgissent lors d’événements publics pour disserter sur des choses qui n’ont rien à voir ou des théories complotistes mais cette pure confiance en soi agressive de parfaits ignorants est, dans mon expérience, genrée. Les hommes m’expliquent, à moi et à d’autres femmes, qu’ils sachent ou non de quoi ils parlent. Certains hommes.
Toutes les femmes savent de quoi je parle. C’est du préjugé qui rend les choses difficiles pour toutes les femmes dans tous les domaines ; qui empêche les femmes de s’exprimer et d’être entendues quand elles osent le faire ; qui écrase les jeunes femmes et les réduit au silence en leur faisant savoir – comme le fait le harcèlement de rue – que ce monde n’est pas le leur. Il nous dresse pour le doute et l’auto-limitation, exactement comme il dresse les hommes à cette confiance en soi excessive et inappropriée."


PNG - 52.2 ko

Pour un antispécisme anarchiste et nihiliste et autres textes

Compilation de textes et de récits d’attaques autour de l’antispécisme.

Sommaire :

  • Introduction
  • Libérer les animaux de l’antispécisme
  • Pour un antispécisme anarchiste et nihiliste
  • Laissons le véganisme sur les rayons des bibliothèques et reprenons la lutte
  • Actions directes
    • Mordre à nouveau — Bruxelles
    • Libération de visons — USA
    • Libération d’agneaux — Espagne
    • Offensives contre une boucherie et des prédateurs environnementaux — Chili
    • Libération de requins — Mexique
    • Attaque d’un élevage de visons — Italie

JPEG - 115.9 ko

Aigu... agressif... foudroyant...

Témoignage sur l’accompagnement de la fin de vie et de la mort.

"L’histoire qui suit se déroule sur 3 mois. 3 mois c’est pas grand chose dans une vie. Sauf quand c’est tout ce qui reste. Dans cette histoire-là, 3 mois c’est le temps qui s’écoule entre le dépistage du cancer, sa découverte, et la mort, son issue. Ce que je vais raconter ici, c’est des fragments de ce qu’il s’est vécu dans cet intervalle, celui où j’ai choisi d’accompagner au quotidien la fin de vie d’un proche."


JPEG - 17.6 ko

Feu aux culs ! 1

Ce soir je vais au sauna avec Maîtresse Irina. Ça fait bien longtemps que j’en rêve fébrilement, mais j’avais jamais osé passer la porte. Pris en sandwich entre l’incandescence d’un fantasme qui me brûlait le ventre de dé­sir et la peur panique d’être confronté à de complets étrangers qui partagent de la sexualité. Une plongée dans un inconnu qui me foutait un vertige infi­ni. J’ai passé des années à me contenter de l’image masturbatoire que cela m’évo­quait, avant de réussir, avec l’aide d’une amie, à dépasser cette peur.


PNG - 108.8 ko

Mon Edge est tout sauf Straight : vers une critique queer radicale de la culture de l’intoxication

"J’ai toujours été intentionnellement sobre depuis que j’ai commencé à aller à des concerts punks lorsque j’avais 14 ou 15 ans, et j’ai toujours vu ma sobriété non comme une préférence personnelle mais comme une revendication sociale et politique, bien que je me sois toujours senti ambivalent au sujet de l’identité straight-edge, une des principales raisons étant que je m’identifie fortement aussi comme queer (...). D’un côté, je n’ai pas ressenti beaucoup d’espace pour être moi-même queer dans la plupart des scènes punk/hardcore, et la réputation hyper-masculine du straight-edge me rebute profondément. De l’autre côté, j’ai affronté beaucoup d’exclusion au sein des scènes queer en raison de ma sobriété.
Avec cet article je tente de réconcilier ces parties de moi-même, me demandant comment je pourrais rester accrochéE à l’edge tout en me débarrassant du straight. J’espère que cela provoquera des conversations et débats à propos des drogues, de l’alcool, des communautés queer, du straight-edge, des politiques radicales, et sur les manières dont nous pouvons transformer notre société."

Sommaire :

  • Le straight-edge est-il sexy ? Straight-edge, sexualité, et identité queer
  • La consommation d’alcool dans les communautés queer
  • Sexe, intoxication, et homophobie intériorisée
  • La consommation de drogues dans les communautés queer
  • Queer edge : construire une passerelle entre la culture queer et le straight-edge
  • Vers une critique queer radicale de la culture de l’intoxication

JPEG - 81.2 ko

On a les utopies qu’on mérite : Le revenu garanti

Je suis au chômage depuis plus de dix ans et, considérant cette expérience et les exclusions qui l’accompagnent, [le revenu garanti] m’apparaît désormais comme une mesure qui conforterait le productivisme ambiant, la perte d’autonomie, les inégalités socio-économiques, culturelles et de genre et serait un recours bien insuffisant devant les désastres que provoque l’organisation du travail (et du chômage !).
J’explique en quatre temps mes inquiétudes au sujet de ces différentes dimensions.

Sommaire :

  • Premier temps
    • Le revenu garanti, une mesure productiviste ?
    • Faut-il se réjouir des gains de productivité ?
    • Fin du travail pour qui ?
    • C’est mon choix
  • Deuxième temps
    • État social et auto-organisation populaire
    • Faire circuler les richesses pour créer des communautés politiques
    • De meilleures allocs pour plus d’État ?
  • Troisième temps
    • Emploi, inégalités de genre... et revenu garanti ?
    • S’attaquer aux nuisances du travail rémunéré
    • Mépris de classe et critique du travail... de l’autre
  • Quatrième temps
    • Une critique à sens unique du travail
    • Homo faber n’aime plus le yaourt
    • Un solutionnisme écolo-alternatif
    • Puisque c’est ici que nos chemins se séparent

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}