La Covid-19 a le dos large / Résistons ensemble n° 189 du 11 avril 2020

Bulletin n° 189 du 11 avril 2020, du réseau Résistons ensemble. Formé en 2002, Résistons ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.

Bonjour,
Le bulletin n° 189 du 11 avril, du petit journal mobile recto verso A4 « SISTONS ENSEMBLE » du réseau contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invite·é·s à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques…
À bientôt.
L’équipe de rédaction
Lire l’intégralité et télécharger ce bulletin mis en page au format PDF



La Covid-19 a le dos large
Non le virus n’est pas le fruit d’un complot des forces obscures, il est « naturel », possible fruit de la déforestation sauvage et du mépris pour la condition animale. Il est petit, dans une gouttelette de salive il y en a un million de ces bouts d’ADN même pas tout à fait vivants.
D’une manière incroyablement fulgurante et radicale, le virus a bouleversé la Terre entière. Pourtant dans les pires hypothèses il est peu probable que le Coronavirus tue autant que les guerres, massacres, famines… dont les puissants sont directement responsables.
Le choc brutal que des milliards d’êtres humains ressentent, même dans les pays les plus riches, est dû au constat que les États sont incapables d’assurer leur protection la plus élémentaire : masques, gants, lunettes, gel, respirateurs, médicaments, tout manque alors que comme le disait Martinez de la CGT, on n’a jamais manqué de balles de LBD.
Tout ce que ce monde 2.0, dont on vantait les mérites grâce aux « réseaux », offre, c’est de reprendre les méthodes du Moyen Âge, quand face à la peste et au choléra on enfermait, confinait les pauvres comme seule défense. À cette époque déjà, les riches fuyaient les villes… répandant ainsi la maladie.
Macron affirmait au début de son septennat que l’hôpital public coûtait « trop cher »… suivait la liquidation du système de santé, qui avait été aussi attaqué par la gôche. Il a envoyé ses CRS contre les infirmières en grève, rembarré les urgentistes qui prévenaient, à juste titre, de l’imminence de la catastrophe.
Oui, le Covid-19 a le dos large, comme tous les alibis. Il est ce qu’il est… contagieux, vicieux, létal, mais ne le laissons pas charger de tous les maux.
Le plus grand danger est l’agissement de cette équipe de bras cassés, cyniques, faux culs et sans pitié au pouvoir dont la seule visée est de passer d’un « état d’urgence sanitaire » à un coup d’État démocratique tout court.

au sommaire

> La Covid-19 a le dos large
> Masques, tests, médicaments… mensonge, dissimulation, aveuglement
> État d’urgence sanitaire contre État de droit
> Quasi égaux face au virus, mais plus que jamais inégaux dans le confinement
> Double peine
> Olivier est parti

À lire également...