armes de la police

À lire ailleurs

Zineb Redouane, assassinée le 1er décembre 2018 à Marseille

Le collectif Désarmons-les ! revient, dans un article détaillé, sur les conditions de la mort de Zineb Redouane. Zineb est décédée des suites de la blessure occasionnée le 1er décembre 2018 par une grenade lacrymogène qu’elle a reçue dans le visage à la fenêtre de son appartement marseillais. Elle est une victime emblématique des violences policières à l’œuvre depuis l’automne 2018 dans le cadre de la répression des manifestations marseillaises contre le mal-logement et du mouvement des Gilets jaunes.

Analyse et réflexion

Quand on comprend que les grenades sont un enjeu stratégique pour la doctrine du maintien de l’ordre…

Le 2 décembre 2014, soit un peu plus d’un mois après l’assassinat de Rémi Fraisse par le maréchal des logis Jasmain, qui avait cru utile de lancer une grenade offensive de type OF F1 par-dessus une grille pour disperser des manifestants en pleine nuit, l’Inspection générale de la Gendarmerie nationale rendait son rapport sur le déroulé des événements.

Infos locales

Ciseaux dans la gorge à Vaujours (93). La police, même « de gauche », est une milice raciste et violente

Le journal Le Point a sorti une affaire particulièrement glauque de violences policières. Yannick Landurain, syndicaliste policier reconnu, a planté lors d’un « contrôle de police » une paire de ciseaux dans la gorge d’un adolescent. Adolescent arabe bien sûr. Et évidemment, la hiérarchie le soutient à tout va en mettant la pression sur la famille.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 32 |

Suivre tous les articles "armes de la police"