Mort à la démocratie - extrait choisi

« Mort à la démocratie ! » : ce slogan, tagué sur les murs de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris durant le mouvement contre le CPE, a été pris par la majorité des médias comme la preuve de la folie irresponsable de ceux qui occupaient les lieux. C’était toucher là à un tabou. La démocratie, comme le capitalisme d’ailleurs, est devenue l’horizon indépassable de notre époque. Tout discours qui tendrait à la remettre en cause est disqualifié d’avance : on ne veut tout simplement même plus l’entendre.
La démocratie, pourtant, a surtout fait jusqu’à présent la preuve de son échec. Le monde qu’elle domine est toujours un monde de soumission, de privations et de pauvreté. Le droit de vote est censé assumer à lui seul l’expression de la volonté populaire : mais croit-on encore que quoi que ce soit puisse changer grâce à des élections ?

À propos de l’auteur : Léon de Mattis n’était pas anarchiste à vingt ans. Engagé dans un parti de gauche, allant jusqu’à se présenter sur une liste de candidats aux élections municipales, il a tiré de ce triste passé de citoyen exemplaire une conviction jamais démentie : les élections sont un piège à cons et la démocratie est l’ennemie de la liberté. Léon de Mattis n’a plus pris part à aucune élection, comme candidat ou comme électeur, depuis 1989.

L’auteur, autrefois candidat d’un grand parti à une élection, aura tiré de cette expérience les leçons qui s’imposent : il ne prendra plus jamais part à aucun scrutin, de quelque nature qu’il soit.
Dans ce bref essai, il nous explique pourquoi.

Voici un extrait choisi du livre « Mort à la démocratie ! » particulièrement de circonstance : 

Elections pièges à cons

Chapitre 4

Les abstentionnistes ne sont pas des abrutis dépourvus de sens critique. Les abstentionnistes ne sont pas des égoïstes qui se désintéressent de tout de qui ne se rapporte pas à leur petit horizon individuel. Les abstentionnistes sont ceux qui font du processus électoral l’analyse la plus juste. Considérer que voter ne sert à rien est tout simplement une évidence : mais c’est une évidence à laquelle on est d’autant plus sensible qu’on est quotidiennement écrasé par ce monde et qu’on ne possède pas d’autre perspective que de végéter dans la misère ou de se faire exploiter à longueur de journée.
Ceux qui, au contraire, parviennent à se ménager une petite vie acceptable, ou qu’ils considèrent comme telle, auront davantage intérêt à faire comme s’ils croyaient encore au simulacre du vote, tout en sachant, au fond d’eux-mêmes, très bien à quoi s’en tenir.

Être abstentionniste, ce n’est pas seulement reconnaître l’évidence de l’inutilité du vote, c’est surtout accepter d’en assumer pleinement les conséquences. L’effondrement des illusions démocratiques effraie les classes moyennes qui n’arrivent pas à se reconnaître pour ce qu’elles sont vraiment dans le système capitaliste : un segment du prolétariat, c’est-à-dire de la classe exploitée. Les classes moyennes aimeraient que, dans le système de représentation politique comme ailleurs, tout continue comme avant, alors que la restructuration actuelle du capital, improprement appelée « mondialisation », qui interdit de boucler l’extraction de la plus-value sur une aire nationale, les condamne à devoir renoncer à tout ce qui avait fait jusque-là leur être de classes moyennes et leur avait permis de se prendre pour autre chose que des prolétaires : welfare state, service public, emploi sécurisé.

La frange la plus pauvre du prolétariat, elle, croit de moins en moins que ce que la société lui promet va devenir réalité : un revenu, un logement décent, l’indépendance par rapport aux parents. Pourquoi espérer encore alors que ceux-là même s qui jusqu’ici étaient assurés d’avoir tout ce la en sont de plus en plus privés ? Dans ces conditions, quand on a perdu jusqu’au rêve d’avoir quelque chose à gagner, on peut s’épargner de faire comme si on croyait encore à un changement qui sortirait des urnes.

C’est pourquoi les campagnes animées par des musiciens, des comédiens ou des footballeurs pour « inciter les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales » sont impuissantes. Bien que très fortement relayées sur le plan médiatique, ces initiatives révèlent toute leur hypocrisie en se heurtant au mur de la réalité. Ceux qui les lancent veulent nous faire croire qu’ils comprennent « les jeunes des quartiers » et sont semblables à eux. Mais le rappeur qui a signé avec une major a beau porter la même casquette, il n’est plus du même monde que ceux dont il prétend être le porte-parole. Ce n’est pas la panoplie qui compte, ce sont les idées, et les idées résistent rarement à la puissance corruptrice de l’argent. Le rappeur devenu star n’a pas intérêt à ce que les inégalités sociales se résorbent puisqu’il a fait un « bizness » de leur dénonciation. La logique capitaliste du succès est là pour stériliser le plus vite possible les potentialités de révolte qui cherchent à s’exprimer par la musique.

Le fossé entre ceux qui ont percé dans la chanson, la comédie ou le sport, et les anciens copains du quartier est devenu trop visible. De l’aveu même de la presse, les campagnes d’incitation à l’inscription des jeunes sur les listes électorales ne remportent aucun succès. Le discours stéréotypé des stars se heurte à l’évidence de la réalité sociale. Un comique comme Jamel Debbouze déclare par exemple, dans le journal Libération du 20 octobre 2006, que « si chaque citoyen prenait conscience de son pouvoir d’électeur, on arriverait à changer les choses et à construire une société plus juste ». Toute l’expérience historique du prolétariat depuis un siècle nous enseigne à quel point cette idée est fausse.

Pour ceux qu’on a parqués dans les ghettos pour pauvres, le fond du propos pour les inciter à s’inscrire sur les listes est de dire : « Faites comme les autres. » Et, effectivement, si les banlieues pouvaient porter une revendication catégorielle, ce serait bien celle-là : celle d’être traitées comme les autres territoires en France. Pourtant, ce qui fait que ces discriminations existent n’est pas quelque chose que le vote ou le système politique a la possibilité d’abolir : tout simplement parce que c’est un effet de ce même système. C’est bien ce quotidien fait d’humiliation et d’écrasement qui rend visiblement faux tous les principes de l’intégration citoyenne.

Un journal de gauche, Libération, pourtant parmi les plus favorables à ce genre de démarche, était le 16 octobre 2006 contraint de décrire ainsi la malheureuse réalité : "Ils sont le dos au mur. Ils n’attendent rien. Ce samedi après-midi, une dizaine de jeunes sont ainsi dans le quartier de Fond-Bouillant, à Montluçon (Allier). Ici, pas d’émeute. L’abstention aux dernières élections a, selon un animateur, frôlé les 60%. D’une barre à terre, il reste des gravats. Membre de Banlieue Active, Rost, rappeur parisien arborant un tee-shirt siglé “Cette France, c’est aussi la nôtre”, s’avance vers eux. À chaque concert, il s’en va discuter, tenter de convaincre les jeunes des quartiers d’aller s’inscrire sur les listes. La plupart du temps, ils l’accueillent d’un : “On s’en bat les couilles.” »

C’est bien là la seule réponse à faire.

Chapitre 5

Si le vote est sans portée réelle, alors il est indifférent de voter ou de ne pas voter lors des élections politiques officielles. C’est pourquoi ce livre ne doit pas être compris comme une prise de position en faveur de l’abstention ou de la non-inscription sur les listes électorales. L’abstention n’est pas plus un impératif que le vote n’est un « devoir ».

Le piège que nous tendent les élections concerne l’illusion qu’un changement quelconque pourrait survenir par leur biais ou qu’elles pourraient empêcher ou retarder une politique que l’on réprouve. Ceux qui, par exemple, sont allés voter « non » au référendum sur la Constitution européenne en croyant s’opposer à « l’ultra-libéralisme » n’ont certainement pas évité le « piège à cons » : car la politique de dérégulation et de privatisation n’est pas une affaire de choix politique, elle est une contrainte actuelle de la valorisation mondiale du capital. De ce point de vue, la gauche ou la droite ne peuvent se différencier en rien. La prise de position de Laurent Fabius sur cette question est, on le sait, exclusivement politicienne. Même si Fabius avait vaincu Royal lors des primaires socialistes puis Sarkozy au second tour de la présidentielle, il aurait été impensable de le croire capable de sauver le « modèle français » dans une Europe et un monde dérégulés — et même de supposer qu’il en aurait seulement eu la volonté.

Cependant, le référendum du dimanche 29 mai 2005 offrait aux électeurs une possibilité que les élections ordinaires ne donnent pas : celle du vote négatif. Nous avons vu qu’en 2002 la seule manière de voter contre Le Pen était de voter en faveur de Chirac. Refuser le pouvoir à l’un ne pouvait se faire qu’en se compromettant avec l’autre. Pour le référendum, il était possible de s’opposer à une politique approuvée par la majeure partie de la classe politique sans pour autant favoriser clairement les quelques-uns qui s’étaient prononcés en faveur du non car ils représentaient les deux extrêmes de l’échiquier politique. Le résultat de ce référendum, qui vit le "non" l’emporter avec 54,67% des suffrages exprimés et 36, 97% des inscrits (un tiers, environ, des électeurs se sont abstenus), a créé un petit électrochoc parmi les élites françaises. Il va de soi, pourtant, que la conclusion qui en a été tirée ne consiste pas à dire qu’il faut renoncer à l’Europe telle qu’elle se construit actuellement.

Bien au contraire, tous les « responsables » se sont empressés d’expliquer que ce qui n’a pas pu se faire par la voie référendaire se fera autrement parce que de toute façon il n’y a pas le choix. La réaction de l’élite était plutôt de se demander comment trouver les méthodes et les moyens propices pour faire comprendre au peuple qui se trompe où se situe la véritable nécessité. Il est vrai que de dire d’un côté qu’une politique est absolument indispensable et de l’autre la proposer au vote est une contradiction : on l’a d’ailleurs beaucoup reproché au président Chirac, qui sur ce sujet, comme sur pratiquement tous les autres, a encore fait preuve de son habituel manque d’habilité.

Le « piège à cons » du référendum de 2005 est donc moins dans le fait de voter ou de s’abstenir que dans le sens et la portée que l’on est prêt à accorder à un tel événement.

Chapitre 6

Le vote n’est pas une manière de s’exprimer. Le vote n’est pas une manière de donner son opinion. Le vote est, par excellence, le moyen de faire fermer sa gueule à ceux qui ont des choses à dire. C’est même l’argument le plus commun de ceux qui veulent que surtout rien de change. Cette loi a été votée. Ce gouvernement a été élu. Cette injustice est légale, légitime, votée, souveraine. Si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à voter contre. Aux prochaines élections. Dans deux ans, trois ans, cinq ans. En attendant, il est illégal et illégitime de s’opposer à l’expulsion d’un sans-papiers : la « majorité » est pour qu’il s’en aille. Il est illégal et illégitime d’occuper un logement vide : la « majorité » est pour le respect du droit de propriété. Il est illégal et illégitime de bloquer une usine, une fac, un moyen de transport : la « majorité » est pour le respect du droit à travailler.

Ainsi donc, on ne devrait pas faire la grève, on ne devrait pas crier devant l’injustice, on ne devrait pas se révolter parce qu’ainsi on s’opposerait à la volonté du peuple et à la souveraineté démocratique.

Il faut donc être clair : cette majorité qui se serait affirmée dans les élections n’a en réalité jamais eu droit à la parole. On ne lui a pas laissé le choix d’avoir le choix. Chaque citoyen isolé et coupé quotidiennement de tous les choix possibles sur la direction de sa vie s’est vu accorder un dimanche, tous les deux ou trois ans, la possibilité de sélectionner un bout de papier et de le glisser dans une enveloppe : et ce serait le résultat de ce non-événement qui devrait nous interdire dans l’intervalle entre deux élections, c’est-à-dire tout le temps ou presque, de se révolter contre l’injustice ?

Ceux-là mêmes qui veulent nous interdire d’agir au nom du résultat de ces élections ne représentent rien ni personne, si ce n’est le pouvoir que l’État leur attribue dans l’intérêt de sa conservation. Quel rapport pourrait-il y avoir entre nous et eux ? Avec leur appétit des symboles puérils du pouvoir, leurs « Monsieur le Ministre », leurs voitures de fonction avec gyrophares, leurs glorioles de politiciens ? Aucun d’entre eux ne pense ou ne vit comme le commun des mortels, ne serait-ce que parce que pour réellement oser se prétendre le « représentant » du peuple, il faut déjà se considérer comme quelqu’un « d’exceptionnel », investi d’une « mission », bref il faut déjà avoir de soi-même et des autres une vision singulièrement déformée.

L’idée même de « représentation » est une escroquerie faramineuse. Personne ne peut représenter personne. Si quelqu’un parle à ma place, c’est qu’il m’a confisqué la parole. Le « responsable », comme le « porte-parole », n’ont pas lieu d’être. Tout le monde à une capacité égale à s’exprimer et personne n’a la légitimité pour discourir tandis que d’autres devraient se taire.

L’idéologie de la représentation vient tout droit de l’Ancien Régime. Elle est celle des Cours souveraines, des états et des corps intermédiaires, tous ces organismes qui exprimaient la montée en puissance de la bourgeoisie et de la noblesse de robe et qui cherchaient par ce biais à accroître leur puissance face au pouvoir royal. L’association de la représentation et de l’élection, qui nous paraît à présent si évidente, est récente : l’idéologie de la représentation l’a précédée. Avant d’être des représentants élus, les représentants étaient les représentants « naturels » d’un corps social conçu comme un tout organique.

Pour l’idéologie de la représentation, l’élu n’est pas un magistrat au service de ceux qui l’ont élu : il se substitue à ceux qui l’ont élu. L’Assemblée nationale, par exemple, devient le peuple et se trouve investie de toutes ses prérogatives à la place de celui-ci. C’est pour cette raison que les adeptes du parlementarisme récusent le mandat impératif, c’est-à-dire l’obligation, pour l’élu, de respecter les engagements qu’il a pris devant ses électeurs. Ce n’est en effet pas le programme qui a été élu, c’est l’homme : une fois ce lien mystique créé entre les électeurs et lui par le vote, lien qui était créé auparavant par l’idée d’une juste prééminence des élites, l’élu les remplace absolument.

L’Assemblée se voit alors accorder la légitimité nécessaire pour adopter des lois qui déplaisent pourtant visiblement à la majorité des citoyens du pays. L’image l’a emporté sur ce qu’elle est supposée représenter.

Accédez à l’ouvrage intégrale sur le site laltiplano.fr

P.-S.

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}