Une enseignante et son compagnon placés en garde à vue au prétexte d’une pancarte - Appel à débrayage le 13 mai à 10h

Une enseignante et son compagnon ont été placés en garde à vue au prétexte d’une pancarte, dans le contexte d’une manifestation le 11 mai. Des rassemblements ont eu lieu le 11 mai et le 12 mai devant le commissariat du 12e arrondissement de Paris. Cette arrestation s’inscrit dans un contexte où d’autres personnels de l’Éducation nationale ont été inquiétés, de différentes manières. L’article 1 du projet de loi « pour une École de la confiance » (dite « loi Blanquer ») risque de généraliser ce type de pratique, étant donné le devoir « d’exemplarité » qui y apparaît, et dont les contours sont flous. Appel à débrayage le lundi 13 mai à 10h.

Motion de la Coordination nationale des écoles et établissements en lutte

La coordination nationale des écoles et établissements en lutte réunie le 12 mai dénonce la répression qui sévit dans le pays depuis des mois sous la forme de violences policières et d’arrestations arbitraires.

Les Gilets jaunes sont violemment réprimés depuis plus de 6 mois et la communication mensongère du gouvernement a atteint son point d’orgue lors des événements du 1er mai et de ses suites.

À l’Éducation nationale, dans un contexte où l’article 1 de la loi Blanquer vise à museler la profession et à censurer toute opposition aux réformes régressives du gouvernement, la répression se généralise également.

Les collègues syndicalistes de Bobigny (93) subissent des sanctions et des mutations forcées.
Une collègue CPE à Paris se voit déplacée suite à son militantisme contre les réformes Blanquer. Un collègue militant syndical est arrêté arbitrairement lors de la manifestation du 9 mai à Nice.

Hier, à l’issue de la manifestation parisienne du 11 mai, une enseignante Gilet jaune, engagée dans la lutte contre les réformes Blanquer, est interpelée et mise en garde à vue sous prétexte d’une pancarte. Son conjoint est également arrêté. Or il se trouve qu’à la suite de la demande de policiers en civils au départ de la manifestation, cette pancarte n’a pas été sortie pendant toute la manifestation.

La collègue a été libérée après 4 ou 5 heures de garde à vue et son conjoint le lendemain après 24h de garde à vue. Ils sont tous deux convoqués lundi 13 mai au commissariat du 12e arrondissement de Paris.

Nous sommes frappés par ces interpellations et gardes à vue abusives, d’autant plus que de nombreuses violences policières et notamment les mutilations subies par des manifestants Gilets jaunes et lycéens restent sans suites, de même que les mensonges du ministre de l’Intérieur.

  • Nous appelons tous les collègues à se réunir en AG lundi matin et à débrayer 1h, de 10h à 11h, en signe de solidarité. Ce débrayage peut donner lieu à une sortie de banderole devant les établissements afin de médiatiser l’événement.
  • Nous appelons également tous les collègues franciliens qui le peuvent à profiter de ce débrayage pour venir au rassemblement prévu à 10h devant le commissariat du 12e arrondissement soutenir la collègue convoquée (80, avenue Daumesnil, M° Reuilly-Diderot ou Gare de Lyon).
  • La coordination nationale des écoles et établissements en lutte demande l’arrêt immédiat des poursuites contre notre collègue et son conjoint.

Communiqué intersyndical

Les organisations syndicales de Paris SNES-FSU, SNFOLC, SNETAA FO, SUD Éducation, CGT Educ’Action apportent leur soutien à la collègue responsable syndicale du SNFOLC75 qui avec son compagnon, ont été arrêtés par la police et placés en garde à vue à la fin de la manifestation des gilets jaunes du samedi 11 mai. Ils manifestaient dans le cortège Éducation interdegrés Ile-deFrance, mobilisation qui s’inscrit dans la lutte contre les reformes Blanquer. Durant toute la manifestation, notre collègue a porté la banderole de l’Éducation en lutte. Tous ceux qui étaient à côté d’elle peuvent témoigner que notre collègue et responsable syndicale a manifesté pacifiquement.

Notre collègue est sortie de garde à vue samedi soir vers 19h40. Le motif de son arrestation serait : « insulte à président de la République ». Son compagnon lui est toujours en garde à vue et devait être auditionné le dimanche 12 mai. Le motif retenu contre lui serait : « provocation à la rébellion ».
Durant la garde à vue de cette collègue et de son compagnon, il nous a été impossible de savoir où elle se trouvait ; et ce malgré l’intervention du secrétaire académique du SNFOLC75 auprès des services de police qui lui ont fait comprendre qu’ils ne pouvaient lui donner aucune information.

Les organisations syndicales de Paris SNES-FSU, SNFOLC, SNETAA FO, SUD Éducation, CGT Educ’Action demandent :

  • La sortie immédiate de garde à vue du compagnon de notre collègue
  • L’annulation de la convocation au commissariat de notre collègue ce lundi 13 mai,
  • l’arrêt des poursuites.

Les organisations syndicales resteront vigilantes aux suites données à cette affaire. Elles dénoncent les arrestations arbitraires, les tentatives d’intimidation qui se multiplient dans les mobilisations contre les réformes dans l’Éducation nationale.

Note

Le compagnon de l’enseignante a été libéré ce dimanche après-midi (un rassemblement de soutien se tenait devant le commissariat du 12e arrondissement) et est convoqué à 14h au même commissariat du 12e ce lundi.

Localisation : 12e arrondissement

À lire également...