Un nouveau « jour de retrait de l’école » organisé par l’extrême droite le lundi 12 mai

Farida Belghoul, proche du mouvement égalité et réconciliation de Alain Soral, et son meilleur ami Dieudonné ont annoncé aujourd’hui que la prochaine journée de retrait de l’école (pour lutter contre la « dictature du genre ») aura lieu le lundi 12 mai.

Pas sectaire, elle participera également la veille à la Marche de l’institut Civitas (catholiques intégristes) devant la statue de Jeanne d’Arc...
Il faut dire que hier déjà elle était invitée par l’Action Française (groupuscule royaliste) à une réunion publique avec notamment Béatrice Bourges, du printemps Français et Jean Claude Martinez, un ponte du FN.

Rappelons que ce Jour de retrait de l’école avait eu lieu pour la première fois le 24 janvier 2014. Il avait remporté un franc succès, surtout en Ile-de-France où l’évaluation officielle fait état de près de 10 000 enfants ne s’étant pas présentés aux cours cette journée-là....
L’initiative est consécutive à l’hystérie provoqué par le mouvement d’opposition au mariage et à l’adoption d’enfants par les couples homosexuels. Hystérie savamment entretenue par l’extrême droite catholique traditionaliste... Paradoxalement, c’est dans les quartiers populaires et chez une partie non négligeable de musulmans. [1]

Parmi les rumeurs utilisés pour effrayer les parents :

  • Leurs enfants seraient obligés de se masturber devant la classe entière
  • L’envoi obligatoire des enfants sur le site internet Ligne Azur (association d’info contre l’homophobie et pour la prévention du suicide)
  • L’enseignement de la théorie du genre, sans qu’on sache réellement ce que c’est...
  • Incitation à l’homosexualité dès la maternelle (que dire...)
  • Introduction de vagin et de pénis en peluche (on touche le fond).
    Quand on sait qu’on s’est tou-tes fait punir par les instits au moins une fois dans notre vie pour avoir embrassé un-e petit-e camarade ou joué au docteur dans les toilettes, on rigole.

La question du genre, ce n’est pas changer les filles en garçons et les garçons en filles et laisser les « dérangés » transgenres dans leur « maladie », c’est lutter au quotidien pour l’égalité des droits entre les genres, entre les sexes, la non-culpabilisation du choix ou du non-choix d’une orientation sexuelle, et l’entente de toutes et tous !

L’annonce de ce « jour de retrait » ne doit pas rester sans conséquences !
Il est de notre devoir d’empêcher par tous les moyens la propagations des rumeurs homophobes et antiféministes dans les classes populaires.
Dès aujourd’hui, informons nos voisins, notre famille et nos amis de cette nouvelle manipulation grossière de l’extrême droite !

Notes

[1Le site « religieux » Oumma en a fait une promotion assez assumée. A contrario, le site Al Kanz s’en est démarqué, pointant la présence de l’extrême-droite soralienne. On peut s’interroger aussi sur la manière dont les promoteurs de ces journées se sont procurés, dans les quartiers populaires, les numéros et mails par lesquels ils communiquent sur cette question.

Mots-clefs : LGBT+

À lire également...