« Un catalyseur nommé Covid 19 / Résistons Ensemble n° 192 du 15 septembre 2020

Bulletin no 192 du 15 septembre 2020, du réseau Résistons Ensemble. Formé en 2002, Résistons Ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.

Bonjour,
Le bulletin no 192 du 15 septembre 2020, du petit journal mobile recto-verso A4 « RESISTONS ENSEMBLE » du réseau contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques ...
À bientôt.
L’équipe de rédaction
Lire l’intégralité et télécharger ce bulletin mis en page au format pdf.



Un catalyseur nommé Covid 19
Le catalyseur vous connaissez ? C’est une chose étrange. Il rend possible des réactions chimiques, la naissance de nouvelles choses mais lui, ne change pas.
Nous on a notre catalyseur maison, il s’appelle Covid 19. Ni les mensonges du pouvoir par exemple sur les masques, ni ses mesures coercitives, prises dans la panique, dans le genre confinement et amendes, n’ont pu bloquer le catalyseur. Covid 19 s’en sort très bien, indemne.
La France a affronté le virus dans les plus mauvaises conditions : l’école, l’hôpital s’écroulaient alors que le pouvoir répondait aux luttes par le mépris, les lacrymos et les LBD. Pendant le confinement, chacun s’est mis à rêver d’un « nouveau monde », et Marcon a embrayé en faisant miroiter un changement : un « État providence » qui se mettrait au service des « premiers de corvées », caissières, éboueurs, infirmières…
À la sortie du confinement, rien de tout cela. Le catalyseur Covid 19 a certes donné naissance à un « nouveau monde » mais c’est celui dont ont rêvé les possédants : la possibilité de fourrer des milliards dans leurs poches grâce au glissement vers un État fascisant au nom de la soi-disant lutte contre le virus.
Déjà avant l’épidémie, Macron menait la répression contre les GJ, les grévistes de tous bords et avait introduit l’élément de langage du « séparatisme » pour diviser le peuple travailleur, voir l’édito de RE daté du 4 mars 2020 (no 188). Aujourd’hui la guerre idéologique continue et s’ajoute à l’accusation de « séparatisme », celle d’« ensauvagement » sortie des poubelles d’un passé colonial honteux, continuant de cibler les musulmans et par extension les habitants des quartiers populaires. On ne connaît pas encore le projet de loi sur le « séparatisme » mais les mesures annoncées vont de 200 € pour les consommateurs de cannabis, à l’interdiction des certificats de virginité !
Encore une fois, ne nous laissons pas abuser : sont en réalité visés par cette offensive idéologique tous ceux qui luttent pour une rupture radicale avec le système, celle qui pendant le confinement s’est imposée à tous les esprits comme étant la seule solution.
Exemples de ce nouveau Maccarthysme, de cette chasse aux sorcières à la sauce Macron ? Sur la seule base de contacts avec l’ultragauche (qu’il nie), un ingénieur du Centre national d’études spatiales a été licencié – la direction de la RATP a demandé la révocation pure et simple d’un conducteur de bus à Vitry-sur-Seine (94), responsable syndical, pour le punir de son rôle dans la grève contre la réforme des retraites – l’éducation nationale a suspendu 3 professeurs de Melle (79), sur la base d’accusations totalement fallacieuses, pour avoir soutenu leurs élèves en lutte contre la réforme du lycée.
Alors ne nous y trompons pas, ceux qui se « séparent », « s’ensauvagent », sont ceux qui se rebellent et veulent rompre avec leur « nouveau monde ». Les GJ ont ouvert un chemin, les cheminots, les grévistes anti réforme des retraites l’ont pris… Continuons donc de nous « séparer » de cette République pourrie et de nous « ensauvager » en refusant radicalement tout ce que leur pseudo civilisation engendre : nous sommes sur la bonne voie, n’en déplaise au pouvoir.




au sommaire

> Un catalyseur nommé Covid 19
> « Laissez sortir les gens »…
> En finir avec le délit d’outrage
> Barbouzeries : la hiérarchie couvre les flics et étouffe les affaires à tout prix
> Roland Veuillet en prison pour avoir manifesté
> Répression financière et police politique
> Le combat pour la vérité continue

À lire également...