Témoignage d’un soutien sur l’occupation d’un local de « Ni pute ni soumise »

Le mercredi 29 juillet les migrantEs se font expulser du campement de la rue Pajol. Le jeudi 30 juillet, les migrants ont décidé de voter pour la proposition qui a été faite par des membres du comité de soutien : occuper ce lieu avant qu’il ne soit fermé pour les vacances et avoir ainsi 1 mois « à l’abri ». Témoignage récupéré sur les réseaux sociaux.

devant le local de Ni pute ni soumise 30 juillet 2015

Certain.e.s veulent savoir ce qui c’est passé au local de Ni Pute Ni Soumise (NPNS) ce soir, je raconte ici uniquement mon ressenti et ce que j’y ai vu.

Ce soir j’étais avec les migrants de La Chapelle et le comité de soutien au 70 rue des Rigoles dans le 20e. Ce local, c’est la maison de la mixité. L’association Ni Pute Ni Soumise est installée ici.

Aujourd’hui, jeudi 30 juillet, les migrants ont décidé de voter pour la proposition qui a été faite par des membres du comité de soutien : occuper ce lieu avant qu’il ne soit fermé pour les vacances et avoir ainsi 1 mois « à l’abri ».

Sur place, Ni Pute Ni Soumise ainsi que quelques amis à eux d’SOS racisme doivent négocier avec la mairie.

D’après la version qu’on nous donne , la mairie de Paris donne sa réponse : si NPNS garde les migrants, la mairie reprendra le local.
Je ne sais pas si le chantage est avéré ou s’il s’agit d’un moyen de faire culpabiliser les occupants du lieu. Mais ce chantage semble surprenant, voir impossible sur le plan juridique.

C’est alors que très calmement, devant 200 personnes, la présidente de l’association explique qu’elle va demander l’évacuation du lieu, par la police.

Devant l’insistance et la détermination des gens sur place, l’association va céder et donner 24h aux migrants.

nous devons être ferme et tenir un seul cap : occupation du lieu et mise en évidence de leurs compromis nauséabonds avec le PS

C’est donc avec de la négociation entre La Chapelle en lutte et NPNS qu’ils sont arrivé à gratter 24h.

Dans 24h deux solutions :

  • La Chapelle en lutte quitte le lieu
  • S’installe et NPNS donnera l’ordre d’évacuer.

Des gens ont donné leur parole qu’ils quitteront demain, ils vont probablement tenir leur parole face aux traitres de NPNS.
Je sais que certains membre du comité de soutien ont accepté la négociation pour le bien des migrants. Pour une nuit paisible.
D’autres ne sont peut être pas gêné.e.s de cette alliance provisoire avec des gens que je considère comme des ennemi.e.s, des adversaires militant.e.s.

Pour ma part, je pense qu’avec des individus qui stigmatisent nos luttes , qui s’enfoncent un peu plus chaque jour dans l’islamophobie et la xénophobie malgré leur étiquette anti-raciste, nous devons être ferme et tenir un seul cap : occupation du lieu et mise en évidence de leurs compromis nauséabonds avec le PS. Les contradictions entre un discours anti-raciste et les actes islamophobes et stigmatisant doivent être visibles de toutes et de tous.

Jamais je ne remercierais NPNS d’avoir laisser dormir 200 migrants, une nuit, dans leurs locaux de 400m2.

Localisation : 20e arrondissement

À lire également...