Rassemblement des parents, enseignants et personnels de l’Éducation en soutien à la grève

Rencontre des parents d’élèves du 10e solidaires des enseignants et personnels de l’éducation en grève.
Samedi 11 janvier 11h — mairie du 10e

Depuis la rentrée, nous avons réussi à nous coordonner davantage entre parents mobilisés de l’UL 10 contre la réforme des retraites.
Dans plusieurs établissements, de nouvelles actions s’organisent, dont des cafés et distributions de tracts, pour soutenir les enseignants et personnels de l’éducation en grève.

Nous vous proposons de nous retrouver :

SAMEDI 11 JANVIER à 11h, dans la salle des fêtes de la mairie du 10e.

En présence d’enseignants et de parents d’élèves, ce sera l’occasion de nous rencontrer, de discuter de vive voix, d’envisager des actions pour la suite de la mobilisation et, pour ceux qui le souhaitent, d’aller manifester ensemble.

N’hésitez pas à partager l’information auprès des parents mobilisés de vos écoles, ainsi qu’aux enseignants et personnels intéressés.
(Enfants et matériel de dessin bienvenus)

Les parents d’élèves mobilisés — UL 10 Paris.

Tract distribué :

PARENTS SOLIDAIRES DES ENSEIGNANTS ET PERSONNELS DE L’ÉDUCATION GRÉVISTES

Nous, représentants de parents d’élèves du 10e, soutenons les enseignants en grève contre la réforme des retraites.

Pourquoi la grève des enseignants est-elle légitime ?
• Parce que la réforme des retraites représenterait une perte colossale pour les enseignants : de 30 à 40% de pension en moins.
• D’autant plus que la profession est très féminisée et que la réforme nuira aux femmes aux carrières plus heurtées.
• Or les enseignants français sont déjà peu rémunérés : 20% de moins que des salariés du privé aux qualifications équivalentes, et 15% de moins que la moyenne de l’OCDE.
• La paupérisation de la profession s’accroît : en 1981, un professeur certifié débutant gagnait 2,1 fois le SMIC ; aujourd’hui 1,2 fois. Le gel du point d’indice depuis 20 ans a aggravé la situation. La République fabrique des professeurs pauvres.
• Le gouvernement n’a pas accordé de concessions aux enseignants. Les montants pour « revaloriser les salaires » sont ridicules : 10 milliards d’€ étalés jusqu’en 2037, ce qui correspond à 500 millions d’€ par an. Soit 37€ brut/mois par enseignant (déclaration de Jean Michel Blanquer, RTL, 15 décembre 2019).

Il s’agit d’une mise à mort financière de la profession.

En quoi cela nous concerne-t-il en tant que parents d’élèves ?
• Les faibles salaires et les conditions de travail difficiles en début de carrière rendent le métier de moins en moins attractif. Le nombre de candidats aux concours s’effondre depuis 10 ans : en 2005 il y en avait 56 000 pour le 1er degré, en 2017 plus que 29 000. Tous les postes du CAPES et de l’agrégation ne sont pas pourvus, car le niveau des derniers reçus serait trop bas. Avec la réforme des retraites, le niveau des enseignants recrutés risque de baisser et le manque de titulaires impliquera de recourir à des enseignants précaires moins formés.
• Que les enseignants aient de bonnes conditions de travail et soient correctement rémunérés nous importe. C’est la condition pour que nos enfants et les générations futures puissent bénéficier d’une école publique de qualité.
• Nous avons choisi l’école publique pour nos enfants : ce service public est le nôtre, il est de notre devoir de le défendre. Nous sommes des usagers et des citoyens désireux de défendre ce service public.

Ne laissons pas les enseignants seuls dans ce combat qui est aussi le nôtre : la qualité de l’école publique.

En quoi cela nous concerne-t-il toutes et tous ?
• Parce que nous croyons à un modèle fondé sur la solidarité générationnelle et non à un système individualiste par points, où il faudra en obtenir le maximum au détriment de son voisin.
• Parce que toutes les pensions à terme baisseront. Plafonner les montants à 14% du PIB alors que la proportion de retraités va augmenter revient à diminuer la part des retraites par répartition pour inciter à développer la capitalisation. Donc à entamer le modèle de solidarité social français.
• Parce que les réformes pour adapter notre modèle à l’évolution de la démographie doivent être vraiment débattues et négociées, et non imposées par un gouvernement dont les choix fiscaux ont favorisé les plus riches.

Comment aider ?
• En apportant votre soutien à l’enseignant de votre enfant
• En vous faisant connaître auprès de l’UL 10 mobilisée : ul10parents@gmail.com
• En cotisant à la caisse de grève des personnels du 1er degré de Paris :
www.helloasso.com/associations/arret-images/formulaires/1/widget

Localisation : 10e arrondissement

À lire également...