Rassemblement de soutien aux travailleurs argentins de Las Heras condamnés à perpétuité

Rassemblement le samedi 26 avril à 14h en soutien à 4 travailleurs du port de Las Heras, Argentine, condamnés à perpétuité pour avoir été accusés du meurtre d’un flic dans une émeute en 2006.

En 2013, 4 travailleurs de Las Heras ont été condamné à perpétuité, Ramon CORTEZ, José ROSALES, Franco PADILLA et Hugo GONZALES, et 6 autres travailleurs à cinq ans de prison, suite aux émeutes de 2006 où est mort un officier de police.

En 2006, les pétroliers de Las Heras réclamaient un encadrement syndical pour la branche pétrolière dans laquelle ils travaillaient, pour négocier une autre convention collective avec de meilleures échelles de salaires, et souhaitaient la hausse du minimum non imposable.

Après la mort d’un flic dans les émeutes qui ont suivi cette mobilisation, des arrestations arbitraires ont eu lieu dans un climat de peur.
Les aveux arrachés par la menace et la torture, les faux témoignages, ont été dénoncés par l’avocate Claudia Ferrero, qui a affirmé qu’il « n’y avait aucune preuve concrète, les seules que nous avons furent obtenues par la Brigade d’Investigation de Santa Cruz par les contraintes et la torture, terrorisant la population à cette époque, et obtenant de faux témoignages à travers des menaces et des persécutions. »
Le procureur Candia, lors d’une audience, a reconnu illégaux les actes de torture et les menaces, tout en absolvant les tortionnaires : «  donner une gifle ou mettre un sac autour de la tête d’un témoin n’implique pas de lui dire ce qu’il a à dire ».

Conclusion : 4 condamnés à perpétuité et 6 autres à 5 ans de prison. Sans aucune preuve de leur culpabilité.

Nous n’attendons rien de la justice ni de l’État  : pourtant nous rappelons que la torture est un acte condamné même par le droit international.
La réponse de solidarité des travailleurs au niveau de l’Argentine et internationale se doit d’être à la hauteur des pratiques de l’État argentin et de son gouvernement.

Le Syndicat des Travailleurs, Précaires et Chômeurs de Paris, membre de l’Association Internationale des Travailleurs, s’insurge contre les pratiques répressives de l’État argentin et de son gouvernement, à l’encontre des travailleurs et des syndicalistes.
Nous sommes solidaires des condamnés victimes de peines injustes, symptomatiques d’une justice de classe qui est inacceptable.

Nous disons NON ! aux attaques contre les organisations syndicales, à la criminalisation des travailleurs grévistes.
Nous demandons la réintégration des travailleurs démis de leurs fonctions, et la libération de tous les condamnés !

Nous organisons pour cela une manifestation à proximité de l’ambassade d’Argentine le samedi 26 avril à 14h (angle des rues Cimarosa et Kléber, métro Boissière).

Venez nombreux-ses !!!

Note

CNT-AIT Paris, Syndicat des Travailleurs Chômeurs et Précaires de Paris
cnt-ait-paris.org
Permanences syndicales tous les 4es vendredi du mois de 18h à 20h au CICP
21 ter, rue Voltaire 75011 PARIS
Contact mail : stcpp[arobase]cnt-ait-paris.org

Localisation : 16e arrondissement

À lire également...