Radio : grève au Royal Monceau, « ils empochent les bénéfices et nous payent au SMIC : C’est fini ! Le Palace est paralysé »

Un micro-trottoir à l’occasion de la grève des employés du Royal Monceau, à coté de l’Arc du Triomphe, en plein milieu des beaux quartiers parisiens.

Depuis le 2 octobre 2014, 70 salariés de ce Palace qui appartient a Qatar Investment Authority (QIA) et Raffles Hotels & Resorts ont débuté un mouvement de grève reconductible. Les grévistes sont des femmes de chambre, des plongeurs, des serveurs ou des équipiers. Bref, ceux qui font vraiment tourner l’hôtel. Ils sont payés au smic ou à peine plus, et demandent 2 € brut d’augmentation horaires et une diminution des cadences.

Il y a actuellement une série de grèves dans les hôtels de luxe parisiens car les salaires sont très bas et, comme la crise n’existe pas pour tout le monde, les palaces sont chaque jour de plus en plus remplis par de riches millionnaires venus de toute la planète. Des nuits à 25000€ d’un côté et des salariés payés au smic horaire de l’autre, c’est grosse ambiance au Royal Monceau bloqué depuis 3 semaines !

Reportage réalisé par Au fond près du Radiateur au 19e jour de la grève lors de la manifestation des salariés depuis l’hotel Péninsula jusqu’au Royal Monceau.

« Ils empochent les bénéfices et nous payent au SMIC : C’est fini ! Le Palace est paralysé, on est tous très fiers et déterminés ! »
Depuis le 2 octobre 2014, 70 salariés de ce Palace qui appartient a Qatar Investment Authority (QIA) et Raffles Hotels & Resorts ont débuté un mouvement de grève reconductible. Les grévistes sont des femmes de chambre, des plongeurs, des serveurs ou des équipiers. Bref, ceux qui font vraiment tourner l’hôtel. Ils sont payés au smic ou à peine plus, et demandent 2 € brut d’augmentation horaires et une diminution des cadences.
Reportage réalisé par Au fond près du Radiateur au 19e jour de la grève.
Localisation : 8e arrondissement

À lire également...