Pantin : à propos des affiches « sauvages » de Paris Luttes Info

Il y a quelques semaines, Paris Luttes Info recevait une lettre, par mail, de Bertrand Kern, maire de Pantin, à propos d’affiches collées dans la ville. Ce dernier nous demandait de payer leur enlèvement. Réponse d’un participant au collectif de Paris Luttes.

M. le Maire de Pantin,
nous avons reçu, dans la boîte mail de Paris Luttes Info, cette lettre signée de votre main :

Objet : Affichages sauvages divers endroits de la Commune de Pantin.

Madame, Monsieur,

En vertu de l’article L581-29 du Code de l’Environnement, j’ai dû mandater une entreprise pour prestation de décollage des affiches provenant de votre structure, collées en dehors des espaces réservés à cet effet.

Vous allez donc recevoir une facturation de frais pour service du montant suivant :

  • Enlèvement d’affiches sauvages au prorata du forfait journalier de l’entreprise + frais de gestion
    soit un total de 220,00 euros HT soit 264,00 euros TTC

Je souhaite que cet incident ne soit dû qu’à un dysfonctionnement ponctuel de votre structure et j’espère pouvoir compter sur votre responsabilité pour que cela ne se reproduise plus, et qu’ensemble nous respection notre cadre de vie.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de mes salutations les meilleures.

Bertrand Kern
Maire,
Conseiller Général de la Seine-Saint-Denis

S’ensuivait un devis très complet de l’entreprise Générale de Travaux, avec photos et localisations géographiques de nos affiches, qui étaient d’ailleurs qualifiées de « politiques ». Les affiches en question, rappelons-le, n’étaient pas en tant que telles politiques, puisqu’il s’agissait d’annoncer une soirée de concerts en soutien à ce site.
Pour conclure au caractère politique du site, vous devez en être lecteur, et peut-être votre entourage, ce qu’expliquerait ces nombreuses connexions depuis le webmail du Conseil Général du 93. Nous en sommes très flattés.

Les affiches localisées dans le devis se situent à trois endroits, ce n’est certainement pas un hasard : l’avenue Édouard Vaillant, qui longe la mairie, la rue Eugène et Marie-Louise Cornet, qui accueille le commissariat de la ville, et la rue des Berges, à proximité de votre grand projet de rénovation des Magasins Généraux, dit le Paquebot, qui accueillera une agence de pub géante, des lofts de luxe et un port privé pour les péniches, ou les yacht, des nouveaux habitants.

Or, si vous vous étiez hasardé à visiter un peu plus votre ville, et ses quartiers un peu moins bling-bling, vous auriez découvert un certain nombre d’autres affiches, « sauvages » comme la mauvaise herbe, qui y sont encore à l’heure où l’on vous écrit.

Nous comprenons votre irritation. Toutes ces affiches, sans logo de la mairie, collées un peu partout dans la ville, votre ville, que vous avez à nouveau remporté haut-la-main dès le premier tour, grâce à quelques subventions bien placées et à deux-trois cadres issus « des minorités visibles ». Une ville où personne n’ose vous contredire ; une ville si bien intégrée dans le projet du PS, incarné par votre ami Claude Bartelone, de destruction des quartiers populaires de la banlieue Nord et Est de Paris.

Vous promettez le luxe à des habitants qui s’en feront expulser avant d’avoir vu la couleur d’un sac Hermès (malgré la passerelle qui permettra aux employés de cette boîte de rejoindre le métro sans traverser la ville - beau projet féodal que cette passerelle publique financée par le privé). Lors de votre sacre, pardon, votre dernier - et seul - meeting électoral, bien des habitant.e.s ricanaient jaune, lorsque votre comparse, Élisabeth Guigou, députée, décrivait les Courtillières comme elle aurait décrit un quartier de Neuilly-sur-Seine.

Nous vous souhaitons bien des obstacles dans votre projet pour Pantin.

Et bien évidemment, vous ne recevrez pas un seul centime de notre « structure ».

un participant à Paris Luttes Info

Lettre et devis pour les « affiches sauvages »
Localisation : Pantin

À lire également...