[#LoiSécuritéGlobale] Manifestation du 30 janvier à Paris

Appel pour une Manifestation à Paris, place de la République, le Samedi 30 Janvier. On en profite pour rappeler le lien entre JO 2024, Livre Blanc et Loi Sécurité Globale.

  • La pref joue les trouble-fête

    L'ambiance était à la fête sur République, il y avait du gros son à plusieurs endroits de la place ! Malheureusement, les flics ont décidé de charger la place, ils sont présents en nombre un peu partout, et utilisent le canon à eau en plus. Du coup beaucoup de monde se barre...
  • La manif arrive à République !

    La manif partie de Nation a été encadrée par deux lignes de keufs de chaque côté, et de la même manière que le 12 décembre dernier, le cortège a subi plusieurs charges pendant une vingtaine de minutes, durant lesquelles les flics ont fait des interpellations. Les abords de la place sont blindés de keufs aussi, mais malgré cela, il y a du monde et de l'ambiance, notamment lorsque la jonction s'est faite à République ! Sur la place, des manifestant·e·s contre la loi sécurité étaient déjà présent·e·s. Il y a maintenant des prises de paroles de familles de violences policières, mais aussi plusieurs sonos sur la place.
  • Plusieurs milliers de personnes marchent vers République

    La manif partant de Nation a réuni quelques milliers de manifestants et est en chemin vers la place de la République. La place s'est déjà remplie en partie, avec des fouilles au facies pour rentrer sur la place . Vous pouvez aller aux stands, notamment la buvette de la coordination antirepression.
  • Manifestation 12h Nation vers République

    La Coordination renonce à la manifestation nationale prévue de longue date, du Samedi 30 Janvier, et organise à la place un meeting à République à 13h. Des Gilets Jaunes insatisfaits organisent une manifestation (déclarée en préfecture) de Nation vers République, rassemblement à 12h, départ vers 12h30/13h.
  • Rassemblements partout en France

    La coordination contre la loi sécurité globale appelle finalement à divers rassemblements partout en France, au lieu d'une manifestation nationale à Paris, celui de Paris se déroulera à République.

Appel

Ci-dessous, l’appel de l’événement Facebook partagé par de nombreux collectifs.

Pour la première fois depuis le début de la mobilisation contre la loi sécurité globale, l’ensemble des collectifs et la coordination appelle à ne faire qu’un seul rassemblement dans toute la France.
Et ce sera à Paris, lieu de tous les pouvoirs.

Que tous ceux qui combattent cette loi et toutes les mesures liberticides qui s’accumulent depuis des mois viennent à Paris pour lutter.
Soyons encore plus nombreux que le 28 novembre (200 000 sur Paris).
Soyons encore plus uni.e.s et déterminé.e.s .
Face au mutisme du pouvoir, seuls l’union et le courage pourront faire la différence.

La Loi Sécurité Globale, le cauchemar d’Orwell

La surveillance, c’est la protection
Le travail, c’est la liberté
La smart-city, c’est le progrès

Les JO Paris 2024 sont l’occasion d’une vitrine internationale et d’un laboratoire grandeur nature des technologies sécuritaires et liberticides : caméras, drones, reconnaissance faciale partout. La Loi Sécurité Globale est la transcription dans la loi d’une partie du Livre Blanc du ministère de l’intérieur visant à autoriser des développements technologiques qui ne seront ensuite plus jamais remis en cause. C’est la porte ouverte à un monde où toute conflictualité sera tuée dans l’oeuf. Un récent article à ce sujet : Ni en 2024, ni jamais, NON au Big Brother Olympique

Le mouvement contre la Loi Sécurité Globale

Précédentes manifs :

  • Mardi 17 Novembre 2020 : rassemblement à proximité de l’Assemblée Nationale, affrontements boulevard Saint-Germain, anniversaire 2 ans des Gilets Jaunes
  • Samedi 21 Novembre 2020 : rassemblement place du Trocadéro, la police compresse tout le monde dans un tout petit périmètre, en pleine crise du Covid, utilisation de drones par la police
  • Samedi 28 Novembre 2020 : après le tabassage de Michel Zecler, énorme manifestation très suivie entre République et Bastille, nombreux affrontements sur la fin du parcours et à Bastille, utilisation de plusieurs drones simultanément
  • Samedi 5 Décembre 2020 : manif déter entre Porte des Lilas et Gambetta, très nombreux affrontements avant Saint-Fargeau, quelques manifs sauvages, retour sur République en fin de journée, beaucoup de blessés dont certains graves (main arrachée), utilisation de drones par la police
  • Samedi 12 Décembre 2020 : manif entre Châtelet et République, Lallement se venge, les CRS chargent 32 fois sur le boulevard Sébastopol sur des manifestants en nasse mobile qui ne peuvent que subir.

    Près de 150 interpellations au hasard pendant que Darmanin s’en vante et communique à l’Assemblée Nationale. BFM dira d’un manifestant couvert de sang qu’il « s’est maquillé » (avant d’admettre piteusement avoir dit n’importe quoi). Médiapart réalise une enquête minutieuse du déroulé de la manifestation. La presse réactionnaire se félicite du « maintien de l’ordre ». Note que les camarades des Brigades Populaires de Solidarité Aubervilliers-Pantin ont décrit une répression ciblée lors de cet manif

  • Samedi 5 Janvier 2021 : manif de collectifs de victimes des violences policières et de leur famillle, en mémoire de Cédric Chouviat, dans le 16e arrondissement
  • Samedi 16 Janvier 2021 : manif dans la neige entre la place Félix Éboué et Bastille. Un retour ici

Du côté de l’État :

  • Mardi 22 Décembre 2020 : rappel à la police d’arrêter d’utiliser les drones en manif. Bien sûr, la police, qui a pris son autonomie, va continuer à agir comme bon lui semble, comme lorsqu’elle truque des enquêtes ou que des flics tabassent des gens gratuitement, manifestent en service, cagoulés et armés, sirène hurlante en pleine nuit, intimident des médias (encerclement de Radio France), intimident des élus à leur domicile (par exemple à Nantes le 18 décembre).
  • Lundi 4 Janvier 2021 : rejet des recours contre les décrets PASP, GIPASP et EASP, en gros le retour d’Edvige
  • Lundi 12 Janvier 2021 : la commission LIBE (pour Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures) du Parlement européen a voté le règlement dit « anti-terroriste », en gros le retour d’Avia, obligeant, sans intervention d’un juge, la censure via le retrait en 1h de tout contenu signalé comme « terroriste » par la police. Quasiment personne n’en a parlé, les indignés de twitter préférant se perdre dans le 27e débat de l’année sur intersectionalité vs. autonomie indigène vs. universalisme républicain, avant de pleurnicher parce-que leur compte vient d’être censuré. La Quadrature du Net revient sur ce silence incompréhensible dans un article récent

    La suppression du compte de Donald Trump était manifestement un sujet plus léger et agréable à discuter que la censure de milliers de militants européens qu’il faudra redouter dès que l’ensemble du Web sera soumis à l’arbitraire de toutes les polices européennes.

    Pour celleux qui ne veulent pas attendre la censure, on parlait de Mastodon dans

Localisation : Paris

À lire également...