En soutien aux mineurs isolés, la mobilisation continue devant la Paomie !

Devant cette structure privée supposée accueillir les mineurs isolés mais qui en rejette la plupart, environ 150 personnes étaient présentes dimanche dernier, dont des militant-e-s, des familles en galère de logement et des jeunes…

La mobilisation continue, devant la Paomie, en soutien aux mineurs isolés !

100 à 200 repas sont distribués chaque jour. Le collectif a décidé de reconduire un rassemblement dimanche prochain, à 16h. Environ 150 personnes étaient présentes dimanche dernier, dont Steve et Heather, nos artistes solidaires, des militant-e-s, des familles en galère de logement, et des jeunes ...

APPEL :

Solidarité avec les mineurs isolés à la rue : application de la loi !

Rassemblement festif à partir de 16h dimanche 15 février devant le 127 boulevard de la Villette, M° Jean-Jaurès.

À Paris, des centaines de jeunes, mineurs, isolés et étrangers sont en danger. Ils ont froid, ils ont faim, ne peuvent se soigner, se déplacer, ni se scolariser, ils sont exposés à la violence de la rue. Ils ont fui leur pays soumis à des guerres, au pillage économique, à la misère. Quand ils arrivent, ils sont laissés en plein dénuement, souvent plusieurs semaines, livrés à violence de la rue…

La Ville de Paris, comme chaque département, a pourtant l’obligation légale de protéger les mineurs et les jeunes majeurs, de subvenir à leurs besoins : c’est la loi ! Au lieu de cela, ils sont triés, mis en doute quant à leur âge et à leur parcours. Beaucoup sont classés arbitrairement dans la catégorie des majeurs sans aucun droit.

La « Paomie », 127 boulevard de la Villette à Jean-Jaurès, est l’organisme privé chargé de les « trier », de les accueillir et de les protéger le temps d’examiner leur situation. Elle est financée par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), administration départementale de la Ville de Paris. Lorsqu’ils sont reconnus et admis, ils sont mal pris en charge, des lycéens dorment dans la rue ou dans des foyers d’urgence de sans abri, d’autres sont hébergés ponctuellement puis remis à la rue, souvent sans aucune aide.

Alors depuis plusieurs mois des associations militantes et des citoyens solidaires leur portent secours, et agissent concrètement : Des jeunes sont scolarisés, des repas chauds et des vêtements sont distribués devant la Paomie, des enseignants et des lycéens se mobilisent avec leurs camarades , des permanences juridiques et médicales sont créées, des rassemblements sont organisés …

La Ville de Paris sous la pression, a dû ouvrir un gymnase la nuit pendant la vague de froid, pour mettre une partie de ces jeunes à l’abri. Mais tout les matins, ils sont remis dans la rue jusqu’au soir, sans moyens de transport, ni repas ...

Organisons la solidarité concrète pour aider ces jeunes tout en faisant pression sur les pouvoirs publics afin qu’ils respectent les lois qui protègent les mineurs et qu’ils cessent les tests osseux, qui ne sont pas fiables !

À l’appel de : (1er signataires) 115 du particulier, CDSL, CNAFAL, DAL, Gisti, MRAP 75, Reconnaissances Mineurs, Solidaires ...
Avec le soutien de : EELV, NPA, PG.
Cette semaine : permanence devant le 127 boulevard de la Villette, Paris XIXe, 13/18 h :
Distribuer et confectionner les repas de la journée, des vêtements chaud, des kits d’hygiène, du couchage... Dons matériels et financiers sur place, tous les jours, de 13h à 18h, au camion du “115 du particulier”. CONTACT : 06 67 12 61 81 – 07 61 89 25 00

SVP, faire tourner, transmettre la signature de votre organisation sur l’appel ci-dessus. Besoin de soutien financier également...
Merci

Point de situation

Depuis un mois, un repas est fourni aux jeunes mineurs, midi et/ou soir, par l’association “115 du particulier”, suivant les besoins, en fonction des dispositifs mis en place par la ville pour nourrir les jeunes. Des vêtements sont régulièrement distribués. Dans la journée, ils sont dehors. Le 115 du particulier n’a aucune aide publique.

Régulièrement, des mineurs ne sont pas/plus hébergés la nuit, et sont laissés à la rue. Ils sont alors accueillis par la solidarité locale, ou dans des locaux associatifs, mais ça ne peut pas durer .

Depuis Noël, la Ville de Paris a ouvert un gymnase, puis a mis en place des repas « aléatoires » le soir pour les jeunes hébergés. Le matin et le midi ils ont le ventre vide.

Les mineurs rejetés par la Paomie, de plus en plus nombreux, sont laissés à la rue. Selon des sources bien informées, 90% des jeunes se présentant à la Paomie seraient rejetés du dispositif.

Il y a donc besoin de moyens matériels supplémentaires, d’une part et soyons nombreux avec les jeunes dimanche prochain. Ils ont besoin de soutien.

Une réponse aux arguments de l’adjointe au logement Versini.

Mots-clefs : mineurs isolés
Localisation : 19e arrondissement

À lire également...