La Culture : un concept réactionnaire (Felix Guattari et Suely Rolnik)

Le gouvernement Valls confronté à une mobilisation d’intermittents, précaires et chômeurs (note pour des infos sur cette convention anti chômeurs, les grèves et actions en cours, on peut consulter plusieurs articles parus sur Paris-Luttes.info et le site de la coordination des intermittents et précaires) cherche à occulter l’enjeu de la lutte en cours en focalisant sur la défense de la Culture et des « intermittents du spectacle », présentés comme des « privilégiés du système »... [1]

Cette manœuvre politique qui vise à diviser les chômeurs et précaires s’appuie sur le thème consensuel de l’amour généralisé de l’art, de la culture, de la création. Il faudrait faire attention aux intermittents pour préserver la belle image de la France comme grand centre culturel en sauvant quelques exceptions. Félix Guattari et Suely Rolnik propose dans le texte qui suit une analyse critique de ces mots valises (art, culture et création) qui transportent bien des coups fourrés.

Outre le texte de Guattari et Rolnik on pourra aussi lire ce texte : "Mesdames et Messieurs, directrices et directeurs de festivals :

C’est au nom de TOUS : chômeurs, précaires, intermittents, « bénéficiaires » du RSA ou pire encore de rien du tout, que notre colère enfle de jour en jour. Après votre silence, nous n’avons entendu que le murmure d’un engagement qui ne parle jamais d’autre chose que d’art (éventuellement), de Culture (Ah ! LA Culture) et de votre inquiétude pour les intermittents du spectacle.
Ces derniers vous remercient.

Le texte de Guattari et Rolnik est ici, et voici quelques extraits :

Le concept de culture est profondément réactionnaire. C’est une manière de séparer des activités sémiotiques (activités d’orientation dans le monde social et cosmique) en des sphères auxquelles les hommes sont renvoyés. Isolées, ces activités sont standardisées, instituées potentiellement ou réellement et capitalisées pour le mode de sémiotisation dominant - bref, elles sont coupées de leurs réalités politiques.
*

Toute l’oeuvre de Proust tourne autour de l’idée qu’il est impossible d’autonomiser des sphères comme celles de la musique, des arts plastiques, de la littérature, des ensembles architecturaux, de la vie microsociale dans les salons.
*

La culture en tant que sphère autonome n’existe qu’au niveau des marchés de pouvoir, des marchés économiques, et non pas au niveau de la production, de la création et de la consommation réelle.
*

Ce qui caractérise les modes de production capitalistique, c’est qu’ils ne fonctionnent pas uniquement dans le registre des valeurs d’échange, valeurs qui sont de l’ordre du capital, des sémiotiques monétaires ou des modes de financement. Ils fonctionnent aussi à travers un mode de contrôle de la subjectivation, que j’appelle « culture de l’équivalence » ou « systèmes d’équivalence dans la sphère de la culture ».
De ce point de vue, le capital fonctionne de manière complémentaire à la culture en tant que concept d’équivalence : le capital s’occupe de la sujétion économique, et la culture de la sujétion subjective. Et quand je parle de sujétion subjective, je ne me réfère pas seulement à la publicité pour la production et la consommation de biens. C’est l’essence même du profit capitaliste qui ne se réduit pas au champ de la plus-value économique : elle est également dans la prise de pouvoir de la subjectivité.

La culture de masse produit, précisément, des individus : des individus normalisés, articulés les uns aux autres selon des systèmes hiérarchiques, des systèmes de valeurs, des systèmes de soumission - non pas des systèmes de soumission visibles et explicites, comme dans l’éthologie animale, ou comme dans les sociétés archaïques ou précapitalistes, mais des systèmes de soumission beaucoup plus dissimulés. Je ne dirais même pas que ces systèmes sont « intériorisés » ou « internalisés », selon l’expression qui fut très en vogue à une certaine époque et qui implique une idée de subjectivité avec quelque chose à remplir. Au contraire, ce qu’il y a, c’est simplement une production de subjectivité. Pas seulement une production de la subjectivité individualisée mais une production de subjectivité sociale qui peut se trouver à tous les niveaux de la production et de la consommation.

La suite ici

Notes

[1Dans la rhétorique du gouvernement les intermittents sont des privilégiés, comme le sont les cheminots en grève à en croire les journaux. Autour de ça, lire ici « Deux millions six cent mille privilégiés en France. Combien de temps ce scandale va-t-il durer ? » et un article sur « Le régime des intermittents n’est pas un privilège »Sur les « privilèges » des cheminots on lira n’importe quel article de la presse bourgeoise comme le remarque un article d’acrimed, Les cheminots selon Françoise Laborde : privilégiés et collabos

Un retour ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

À lire également...