L’Opéra de Paris en grève contre la réforme des retraites

Le 24 décembre, les danseurs et danseuses de l’Opéra de Paris ont donné un spectacle gratuit sur le parvis de l’opéra Garnier.
Voici un tract qui explique les raisons de ce mouvement de grève dans leur secteur.

Chers tous,
Si nous faisons partie de cette institution séculaire qu’est l’Opéra National de Paris, c’est parce que nous aimons donner des spectacles. Pour beaucoup d’entre nous, cela fait de très longues années que nos énergies convergent chaque jour vers un objectif commun : donner chaque soir le meilleur spectacle possible.

Croyez donc que pour en arriver à toutes ces annulations, il faut vraiment que nous soyons poussés à bout.

L’élimination de notre Caisse de Retraite, qui incarne l’union entre toutes les générations de nos plus de 70 métiers, pour nous faire rentrer de force dans un régime qui ne nous correspond pas du tout, achèverait de détruire l’équilibre fragile de notre collectif de travail.

Nos représentants se sont rendus à toutes les réunions, ont étudié toutes les idées, ont émis de nombreuses et diverses propositions.

Malheureusement, ce qui nous est proposé aujourd’hui ne permettrait pas de préserver l’excellence et le professionnalisme qui sont au cœur de l’identité de notre Maison.

En ce qui concerne le Ballet, il s’agit d’une profession difficile, qui demande qu’on s’y consacre corps et âme dès le plus jeune âge. La pension que nous touchons après 42 ans, additionnée aux salaires souvent modestes de nos deuxièmes carrières permet - si on a de la chance - , de conserver un niveau de vie à peu près stable quand on ne peut plus danser.

Les bouleversements envisagés aujourd’hui auraient pour effet de détruire notre Ballet et notre École de Danse.

Il nous est proposé d’échapper personnellement aux mesures, pour ne les voir appliquées qu’aux prochaines générations. Mais nous ne sommes qu’un petit maillon dans une chaîne vieille de 350 ans. Cette chaîne doit se prolonger loin dans le futur : nous ne pouvons pas être la génération qui aura sacrifié les suivantes. Même avec la meilleure volonté du monde, nous ne pouvons acquiescer à ce qui nous est demandé.

Pas plus que pour les prochaines générations, nous ne pouvons acquiescer pour nos collègues des autres services qui, eux aussi, ont chacun des spécificités dont la prise en compte est indispensable pour préserver le niveau d’exigence qui caractérise leur travail. L’Opéra est un Théâtre : nos spectacles sont le fruit des efforts communs de toutes nos corporations.

Parce que nous sommes profondément tristes de cette situation, parce que nous sommes sincèrement désolés d’avoir dû décevoir tant de spectateurs qui se réjouissaient de nous voir pendant les fêtes, parce que nous souhaitons témoigner des liens qui unissent corps de métiers et générations au sein de notre belle Maison, nous offrons un très court spectacle, un symbole, un message, un appel à la défense de notre Ballet, de notre Institution, et ainsi du patrimoine culturel de tous les Français.

Ci-dessous : Jour de grève du 24 décembre 2019, parvis du Palais Garnier, Ballet de l’Opéra National de Paris.

Tellement fière de vous tous ! Sauvons notre institution...

Note

Photo de Ludovic Marin

Localisation : 8e arrondissement

À lire également...