Troisième semaine de grève au Nike store des Champs-Élysées

Depuis trois semaines, une cinquantaine de salarié·e·s du Nike store des Champs-Élysées sont en grève pour des améliorations de leurs conditions de travail et pour faire lâcher un peu plus de caillasse d’une enseigne qui se gave. Les grévistes ont récemment refusé le protocole de reprise de fin de grève proposé par la direction, et tiennent en ce moment un piquet de grève quotidien devant le magasin, de 14h à 17h.

Just Do It ? Ils ont pris la balle au bond : pour la première fois depuis son ouverture, près de la moitié des employé·e·s du Nike store Paris, le plus grand de France, sont en grève depuis le 8 octobre dernier.

Leurs revendications sont les suivantes :

  • L’application du Code du travail :
    • Le paiement du travail de nuit à 100% en application de la loi Macron,
    • Un management bienveillant,
    • Un suivi efficient par la médecine du travail
    • La sécurité du matériel et des locaux,
    • Le respect du délai de prévenance,
    • Un ticket restaurant par jour travaillé,
  • L’amélioration des conditions de travail et de rémunération sur le magasin :
    • La prime d’objectif calculée à l’identique que celle des managers,
    • Une prime de sous-sol,
    • Une dotation identique aux vendeurs pour les stockistes,
  • Celle sur l’enseigne :
    • L’augmentation collective des salaires,
    • La mise en place d’un 13e mois,
    • Celle d’une prime d’ancienneté.

Ils exigent qu’une délégation, assistée par notre syndicat [Sud Commerces et services] plutôt que celui maison qui n’est pas dans la grève, soit reçue et appellent leurs collègues des autres magasins à les rejoindre. En attendant, la grève continue avec un piquet tous les jours devant le magasin.

Leur lutte est déterminée et placée sous le contrôle des grévistes ; les athlètes - c’est le surnom des vendeurs Nikle - ne lâcheront pas !

Tract du 20 octobre

Mots-clefs : grève
Localisation : 8e arrondissement

À lire également...