Occuper la rue, filmer des flics... C’est plus facile pour TF1 !

A quelques pas de la Place de la République, « l’espace public est privatisé » pour le tournage d’une série policière. Mais que fait la Mairie de Paris ?

Début juin, un syndicat étudiant de Nantes a dénoncé l’utilisation d’une bibliothèque universitaire, en pleine période de révision, pour le tournage d’une série policière bientôt diffusée par TF1.

En même temps, la performance doit être saluée : il fallait réussir à la fois à louer les locaux d’un service public, enrichir Bouygues, emmerder des étudiant-e-s en sciences sociales, et pondre une énième série ayant pour héros un criminologue et ses amis flics !

Mais cela ne s’arrête pas là, puisque le tournage se poursuit sur Paris...

Ainsi le 23 juin, des policiers nombreux et armés squattaient la Place de la République, attendant sans doute d’éventuels évadés du manège-nasse de Bastille. Bien sûr, il s’agissait aussi d’empêcher que la Nuit Debout revienne « privatiser l’espace public », comme l’a si bien dit la célèbre militante anti-privatisation Anne Hidalgo.

Dans le même temps, à cinquante mètres de la place, des affichettes informaient les riverains de la rue Béranger que leur rue allait être utilisée toute la semaine pour le tournage de la série de TF1. Vous avez dit privati-quoi ?

On a au passage une pensée pour les manifestant-e-s et les journalistes violenté-e-s, intimidé-e-s ou arrêté-e-s pour avoir tenter de filmer des flics. Dire qu’il suffisait de demander une autorisation de tournage au commissariat !

Mais le grand mystère du moment, c’est évidemment la réaction de la riveraine Julie Lescaut, déjà exaspérée par les manifs. Va-t-elle protester contre cette nouvelle gêne pour le voisinage, ou se montrer plus indulgente avec les collègues acteurs-poulets ?

Mots-clefs : privatisation | nuit debout
Localisation : 3e arrondissement

À lire également...