Eduquer en toute sécurité !

Le collège Pablo Neruda rejoint la mobilisation nationale pour demander à enseigner en toute sécurité, dans des conditions sanitaires acceptables.

Étant donné la précipitation dans laquelle s’est faite la rentrée des vacances de la Toussaint et la réalité des conditions de travail dans notre établissement, nous, personnels du collège Pablo Neruda à Pierrefitte-sur-Seine, alertons du danger sanitaire que nos élèves et nous encourons.

Le personnel médical du collège n’est pas disponible alors que nous sommes au pic d’une crise sanitaire : les deux infirmières titulaires du collège sont en arrêt maladie et le médecin scolaire affecté aux villes de Pierrefitte-sur-Seine et de Stains n’est pas présent dans l’enceinte de l’établissement. Aucun remplacement d’urgence n’est envisagé.
A cela s’ajoute un refus catégorique de la direction d’informer les équipes et les familles des cas de contamination avérés, mettant ainsi en danger les personnels, les élèves et leurs proches.

L’ensemble du personnel non-enseignant est soumis à une charge de travail excessivement dense et ne faisant pas partie de leurs fonctions : en l’absence d’infirmier.e.s et de procédure sanitaire claire, la vie scolaire se retrouve seule à prendre en charge les élèves malades, les Accompagnant.e.s des Elèves en Situation de Handicap prennent des risques supplémentaires car il est impossible de garder une distance nécessaire à la sécurité de tou.te.s, les agent.e.s techniques et ouvrier.e.s de service doivent assumer une charge de travail supplémentaire sans compensation.

En ce qui concerne les conditions matérielles, notre établissement n’a pas été suffisamment doté en gel hydroalcoolique et en lingettes virucides pour désinfecter le matériel. Aucun stock supplémentaire n’a été mis à notre disposition malgré l’aggravation de la situation.
Le personnel enseignant continue à faire cours dans des salles de classe où les fenêtres ne s’ouvrent pas.

Le protocole sanitaire communiqué par le gouvernement préconise un accueil de tous les élèves sans donner aux personnels les moyens de les accueillir en toute sécurité.
Le Ministre de l’Éducation Nationale a fait sa communication sur le renforcement du protocole, des mesures sont proposées mais inapplicables au vu des réalités du terrain. Si la limitation du brassage des élèves est possible en laissant chaque classe dans la même salle toute la journée, nous ne disposons pas de salles en nombre suffisant puisque toutes ne répondent pas au principe d’aération obligatoire et rien ne permet une distanciation réelle entre les élèves.
De plus, ce dispositif implique le remplacement des temps de récréation par un temps de pause en classe. Nous refusons cette solution qui nie complètement les besoins des enfants et qui ne règle aucunement les problèmes de distanciation physique.

Nous proposons d’instaurer un dédoublement des classes, ce qui a été adopté dans d’autres établissements. C’est selon nous la seule manière d’appliquer un protocole réellement protecteur en limitant le brassage et en permettant une réelle distanciation.
Nous sommes persuadé.e.s qu’il est nécessaire de garder les écoles ouvertes et que c’est la seule manière d’y parvenir.
Nous revendiquons donc la mise en place de demi-groupes, le remplacement des personnels médicaux, le renforcement des équipes d’AED et d’agents et la mise à disposition de matériel suffisant.

Localisation : Pierrefitte-sur-Seine

À lire également...