Des larmes dans les yeux. Résistons ensemble, février 2015

Le bulletin n°138 (février 2015) du petit journal mobile recto-verso A4 du réseau Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Pour lire en l’intégralité : télécharger ce bulletin mis en page au format pdf.

Des larmes dans les yeux…
Mais, cette fois-ci, pas dans ceux des familles et amis des dizaines et des dizaines de personnes tuées ou mutilées par la police. Non, cette fois-ci, c’étaient des larmes de bonheur des flics eux-mêmes alors qu’ils étaient applaudis par la foule. « Merci, merci, heureusement que vous êtes là ! ». Une première. C’était lors de la grande embrassade nationale où des « amis de la liberté » comme Netanyahu, Bongo, Orban, Hollande, Sarkozy… ont prétendu « rendre hommage » aux victimes des tueries horribles de Charlie hebdo et de l’Hyper Cacher de Vincennes.

Et derrière eux des millions de personnes qui marchaient. C’était l’extase de la campagne « sécuritaire », le pouvoir, éhonté, brandissait les victimes pour en faire un étendard politique. L’accusation d’« apologie du terrorisme » devient alors son arme de destruction massive. Le pouvoir « républicain, laïque » fauche large, gamins de 8 et 9 ans au commissariat, perturbateurs de la « minute de silence », une phrase de travers d’un mec qui avait bien picolé… ce sont des mois de taule, la stigmatisation, le rejet. L’Immigré, l’arabe, le noir, le supposé musulman ont désormais un coup de tampon au front.

Quand la crise s’abat sur nous, quand on a le dos au mur, on s’habitue facilement à tout, ou presque. Qui n’a pas passé son chemin devant un corps, à moitié gelé sur le trottoir ? Qui proteste, à part une petite minorité, quand on jette des enfants Rroms dehors à coups de bulldozers ? ou contre l’expulsion des sans-papiers par milliers ?

Cette accoutumance au bourrage de crâne est paralysante et mauvaise conseillère. Le risque est que la panique soit la réaction majoritaire.

C’est cette politique raciste et xénophobe qui ouvre un large boulevard à l’extrême droite, quand celle-ci arrivera au pouvoir, il sera trop tard pour dire : « je n’ai pas voulu ça ».

Des temps lourds s’annoncent. Résister, ça commence par leur dire NON ! Non à la stigmatisation et à l’ordre moral que veulent nous imposer ceux qui organisent notre exploitation !




Au sommaire du n°138

  • Des larmes dans les yeux…
  • Minute de silence, débats, signalements, instruction morale : élèves piégés, profs mis au pas ?
  • Condamnations pour « apologie du terrorisme »
  • [ C H R O N I Q U E D E L ’ A R B I T R A I R E ]

    Wissam El-Yamni, le Parquet annule la mise en examen du policier

    Un nouvel accroc dans la version du procureur

    Classée sans suite

    Nice : Encore un mort en garde à vue

    La liberté d’expression version La Poste

    Procès pour collage contre les violences policières

    L’Europe forteresse

    Maria Francesca était Rrom
  • [A G I R ]

    Semaine de la résistance du 16 au 22 février
Mots-clefs : violences policières

À lire également...