Des centaines de migrants laissés sur place après une évacuation du camp de Porte de la Chapelle

Expulsion d’une partie du campement de migrants porte de la Chapelle jeudi 4 avril au matin.

Ce jeudi matin, à 7h, les forces de l’ordre ont procédé à l’évacuation d’une partie du camp de migrants de la porte de la Chapelle, occupé par plus de 400 personnes. Les migrants se sont pressés pour monter dans les bus. Mais près de 200 sont restés sur place, faute de places dans les centres d’hébergement.

À 7h, les hommes, debout au milieu des tentes, ont attendu autour de braseros. Nerveux, ils se sont pressés au bord du trottoir, contenus par les forces de l’ordre qui les maintenaient sur le parvis à coups de sifflets.

« L’ambiance était très tendue. Il y avait un cordon de sécurité autour des migrants. Ça poussait beaucoup. Il y a eu des coups, les policiers ont repoussé les migrants qui voulaient absolument monter dans les véhicules »,

raconte Alexis Bedu, journaliste à RFI, qui était sur place.

L’arrivée du premier bus a en effet provoqué un mouvement de foule. « Reculez ! Reculez ! Repoussez-moi ça ! », ont crié les policiers, qui s’arc-boutaient pour repousser les hommes. Certains exilés sont tombés à terre, mais le groupe continuait à pousser.

Au total 321 hommes et 14 personnes vulnérables ont été pris en charge et orientés vers les cinq CAES d’Ile-de-France où leur situation administrative sera examinée, a indiqué à la préfecture de région à InfoMigrants.

« Nous avons dépêché 6 bus aujourd’hui pour quelque 300 places parce que c’est le nombre de lits qui se sont libérés cette semaine dans les CAES. Si nous avions plus de lits disponibles, nous aurions pris plus de monde ».

Lire la suite sur Infos Migrants

Localisation : 18e arrondissement

À lire également...