D’une courte et vive promenade, au retour de la manif enjouée de cette après-midi

A propos de la manif sauvage au départ de la place de la République en direction des studios de France 5, de Myriam El Khomri et un peu plus encore. Pour la généralisation d’actions rapides, joies vives, anti-nasse, dispersion et recommencement.

D’une courte et vive promenade, au retour de la manif enjouée de cette après-midi [jeudi 26], en direction des petits studios TV sis à 10 minutes à peine, à pied depuis République. Avons traversé à 150 les portes cochères ouvertes du lieu coquet retiré, fausse pelouse, végétalisation bébête courant sous les vérandas proprettes où derrière, la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Myriam El Khomri se précipitait déjà vers une porte dérobée du bâtiment, bien vers l’arrière. L’émission pourtant toute joyeuse vire au désastre et son dialogue social avec.
A peine clamions-nous :« Libérez El Khomri » chose qu’ils font à la seconde, l’acquittent de cette charge télévisuelle que déjà trois fourgonnettes déverse ses policiers casqués et de boucliers vers l’entrée d’où nous nous échappons toutes et tous.
Joli truc, intimé de poursuivre au hasard un mouvement à 150 ; mauvaise troupe jeune ou plus âgée pleine de sourires et de surprise de découvrir à nouveau cette liberté-ci. Nouvel élan donc vers le boulevard Beaumarchais où la chaussée, rendue au pas, tout véhicule nous obéit vers Bastille... Quant au loin, les deux policiers pilotant de ridicules scooters ouvriraient la marche pour un cortège de keufs qui comme la lune irait s’engouffrer dans le Marais, alors que nous nous dispersions sur le boulevard comme un souffle, invisibles et heureux.


Pour la généralisation d’actions rapides, joies vives, antinasse, dispersion et recommencement.

Localisation : 11e arrondissement

À lire également...