Calais - Evros - Lampedusa - Istanbul : ouverture des frontières !

Les 23 et 24 janvier, plusieurs manifestations et rassemblements auront lieu aux frontières (intérieures et extérieures) de l’Europe. Une manifestation est prévue à Calais le 23 janvier, avec des départs en bus de Paris. Suivi des initiatives internationales et de la mobilisation à Calais.

Réserver une place dans le bus de Paris à Calais :

De Paris à Calais, solidarité avec les migrantEs !

Un drame se déroule aux portes de l’Europe. Fuyant les guerres et les crises, des millions de personnes quittent leur pays. Des milliers d’entre elles viennent trouver refuge vers l’Europe. La seule réponse qui leur est faite est la fermeture des frontières.

Des drames se déroulent aussi au cœur de l’Europe. Aujourd’hui à Calais près de 7 000 personnes vivent dans des conditions effroyables, tandis qu’à Paris nombre de migrantEs se retrouvent à la rue. Nous ne pouvons accepter que des gens soient condamnés à vivre dans de telles conditions.

Nous dénonçons les politiques française et européenne qui créent ces situations à Calais comme aux portes de l’Europe.

Nous demandons immédiatement des conditions d’accueil dignes pour tous et toutes. Qu’ils/elles soient nomméEs réfugiéEs, migrantEs ou sans-papiers, nous exigeons des droits égaux pour touTEs, des titres de séjour, l’accès aux soins et au logement.

Aujourd’hui l’Europe a fait la preuve de son incurie. Il faut supprimer le règlement de Dublin et démanteler Frontex qui sont les premières causes des drames que vivent aujourd’hui les migrants.

Nous appelons a manifester à Calais le samedi 23 janvier 2016 à 14h

Départ de la « Jungle » "rue des Garennes", arrivée place d’Armes

Migrant.e.s Bienvenue ! [1] (Paris)

Message des gens vivant dans la jungle

Nous, peuple unis de la Jungle de Calais, refusons les demandes du gouvernement Français concernant la réduction de la superficie de la Jungle.

Nous avons décidé de rester où nous sommes et résisterons pacifiquement aux plans gouvernementaux visant à détruire nos maisons.

Nous plaidons pour que les autorités Francaises et la communauté internationale comprennent notre situation et respectent nos Droits Humains Fondamentaux

Calais Migrant Solidarity

23-24 janvier 2016 : toutes et tous à Evros, que le mur tombe !

⦁ plus d’enfants noyés
⦁ ouverture des frontières
⦁ que tombe la clôture d’Evros
⦁ fin des bombardements

Nous nous préparons à inonder les rues d’Alexandroúpoli les 23 et 24 Janvier, afin de mettre fin aux morts de réfugiés dans les eaux glacées de la mer Égée. Le même jour, à Lampedusa et Calais les mouvements de solidarité aux réfugiés et migrants unissent leurs voix aux mobilisations contre le mur d’Evros, Frontex et les frontières fermées !
Nous sommes heureux de mettre notre action en commun avec le mouvement en Turquie. Les activistes Turcs et Kurdes manifesteront le 23 Janvier à Istanbul. Le 24 Janvier nous nous donnons rendez-vous ENSEMBLE à la frontière, aux Jardins de Evros, des deux côtés.
Nous manifestons pour revendiquer que les centaines de milliers de réfugiés et migrants qui tombent dans les mains des passeurs pour être entassés sur des barques pourries aient le droit à la vie et puissent entrer en Grèce par des frontières ouvertes, afin que leurs vies ne soit pas jouées à pile ou face.
Nous manifestons parce-que nous ne tolérons pas que l’U.E., l’OTAN et la Russie sèment la mort avec leurs bombardements en Syrie et les gouvernements qui assimilent les migrants au terrorisme des djihadistes de Daech, l’organisation réactionnaire qui a été nourrie par les impérialistes et qui a frappé avec rage le soulèvement du peuple Syrien contre le dictateur Assad. Les bombes tuent des civils et des enfants.
Seule la revitalisation des mouvements de résistance peut arrêter Daech.
C’est une honte que Tsipras ait serré la main de Netanyahu, le boucher du peuple Palestinien et qu’il ait invité à Athènes le boucher de la révolution égyptienne, pour nous mêler ainsi plus profondément dans les antagonismes au Moyen-Orient.
Nous nous soulevons parce que le gouvernement, au lieu de soutenir le mouvement antiraciste, les gens qui se sont solidarisés avec les mères et les pères qui transportaient dans leurs bras leurs enfants et luttaient pour ne pas se noyer, a choisi de soutenir la politique raciste de l’U.E.-forteresse. Le gouvernement a choisi de soutenir le nouveau FRONTEX, une armée européenne de poursuite de migrants et réfugiés, une U.E. avec des barrières partout et des camps de concentration, prête à procéder à des expulsions massives de pauvres, affamés et poursuivis.
La nouvelle campagne raciste de l’U.E. et du gouvernement SYRIZA-ANEL ne se fera PAS EN NOTRE NOM !
Nous nous sommes battus pour chasser les Samaras et Venizélos et annuler les mémorandums et arrêter les politiques des opérations policières de « balayage », des expulsions et des tortures dans l’enfer du camp de Amygdaleza. Ce sont ces politiques qui ont ouvert la voie aux assassins de l’Aube Dorée (Chrissi Avgi), aux pogroms racistes et les coups de couteaux contre les migrants. Nous demandons l’avancée du procès et la condamnation de l’organisation criminelle qui a assassiné Pavlos Fyssas et Sahjat Loukman.
Il y a de la place pour tout le monde ici et en Europe, comme il y a eu de la place pour nos millions de grands-parents qui sont venus d’Asie Mineure et ont vécu alors le racisme des gouvernements de droite. Ils se sont fait appeler « graines de Turcs » et emprisonnés pour la première fois a Makronissos ! Si le gouvernement cesse de rembourser la dette il y aura de l’argent pour recevoir tout le monde humainement, dans des lieux dignes d’accueil et du travail pour tous !
Nous saluons les dizaines de syndicats, de syndicats étudiants, les conseils municipaux, les mouvements de solidarité, les gens des Arts et des Lettres et toutes les associations, qui se préparent à répondre dynamiquement à l’appel.
Nous demandons que tombe la clôture, que s’ouvrent les frontières, que soit donné asile et hébergement aux réfugiés, la légalisation aux migrants, la fermeture des camps de rétention et que cessent les expulsions.
Tous et toutes, retenez vos places dans les trains et les bus pour la grande mobilisation nationale les 23 et 24 Janvier à Evros !

KEERFA (Mouvement uni contre le racisme et la menace fasciste) - Grèce

Turquie : Non au racisme ! L’asile est un droit ! Solidarité avec les réfugiés, 23-24 janvier

La guerre en Syrie a forcé 8 millions de personnes à fuir, et 4 millions ont trouvé asile dans d’autres pays. Il y a 2,2 millions de réfugiés syriens en Turquie, c’est le pays qui accueille le plus de réfugiés. Des milliers de réfugiés sont morts en mer Égée, cherchant à rejoindre l’Europe.

Beaucoup de pays européens ont fermé leurs portes aux réfugiés. Le gouvernement turc a signé un accord avec l’Union européenne pour empêcher les réfugiés de traverser de la Turquie pour l’Europe, en échange d’un bakchich de 3 milliards d’euros. Ce qui s’est traduit par la rafle de centaines de Syriens arrêtés sur les côtes de la mer Égée, et placés dans des camps.
Le gouvernement AKP proposé aux réfugiés un non-choix : rester dans des camps ou être renvoyés en Syrie.

C’est inacceptable !
Nous devons forcer les gouvernements grecs et turcs d’ouvrir les frontières aux réfugiés syriens.

Non au racisme ! L’asile est un droit fondamental. Ces personnes essaient de fuir une zone de guerre, et ils doivent être traités en accord avec les droits élémentaires. Nous demandons au gouvernement turc d’arrêter de traiter les réfugiés comme des "invités" sans aucun droits sociaux et que l’on accorde le statut de réfugié à tous les demandeurs d’asile.

En même temps que les manifestations antiracistes en Grèce les 23 et 24 janvier, nous organisons une série d’événements en solidarité avec les réfugiés syriens.

Antikapitalister (Turquie)

Notes

[1Premiers signataires : ATMF, CISPM, CNT-RP, Collectif Paris 20e Solidaire avec touTEs les migrantEs, CSP 75, Droits Devant !!!, EELV Paris, Intégration 21, La Horde, LDH, NPA, Sans-Voix Paris 18e, SNPES-PJJ-FSU IDF, SUD Culture, UJFP, Union Locale Solidaires des 5e-13e arrondissements de Paris et d’Ivry, UNSP, …

Mots-clefs : Calais | migrants | Frontex

À lire également...