Appel pour un Forum de l’écologie radicale

Cet appel vise à constituer un comité d’organisation pour préparer un forum de l’écologie radicale (ou sociale, ou anticapitaliste, nom à déterminer), qui pourrait se tenir sur 2 ou 3 jours en Île-de-France au Printemps 2014. Nous invitons toutes les personnes, syndicalistes, organisations, associations, revues, journaux etc. souhaitant s’y associer, à la première réunion de ce comité le lundi 16 décembre à 19h30 au CICP (21 Ter Rue Voltaire,Paris)

La crise écologique globale, liée aux activité humaine, se précise et s’aggrave. Le dernier rapport du GIEC (Groupe international d’experts sur l’évolution du climat) ne laisse aucun doute sur le basculement climatique imminent qui va toucher les pays du Sud comme du Nord. Les grandes déclarations d’intention des politiciens et un petit coup de pinceau vert sur le capitalisme ne changent pas une crise systémique de cette ampleur. Le capitalisme porte en lui le productivisme, la surexploitation de la nature et le recours aux énergies nuisibles (nucléaire, hydrocarbures). Il menace la vie même sur cette planète. Tout cela en exploitant et aliénant toujours plus les hommes et les femmes (précarisation, mise en concurrence, consumérisme, impérialisme). Et ils voudraient appeler ça progrès !

Alors que l’écologie est confondue avec le « verdissement » du capitalisme, trahie par certains partis « écologistes » et des ONG qui cogèrent ce système, il nous semble primordial de remettre en avant une écologie radicale. Une écologie qui analyse les problèmes et traite à la racine leurs causes profondes : sociales, politiques et culturelles. Qui propose une transformation en profondeur de la société pour nous sortir des crises économiques et sociales à répétition et de la crise écologique, puisqu’elles ont les mêmes origines. Une écologie anticapitaliste, antiproductiviste, antinucléaire, autogestionnaire et féministe.

De nombreuses luttes et expériences alternatives préfigurent une nouvelle société. D’un côté des résistances emblématiques s’opposent à l’agressivité du capitalisme : grands projets inutiles imposés, nucléaires, OGM... D’un autre côté des communautés s’organisent pour s’émanciper de la dépendance au système économique, en recherchant l’autonomie alimentaire (des semences à la nourriture), l’autonomie énergétique, la transition écologique et d’autres modes de production. On retrouve dans tous ces mouvements écologistes et sociaux les mêmes réponses politiques aux maux du productivisme : refus de la course au profit, à la croissance, refus de l’industrialisme, autonomie vis-à-vis des États et des multinationales, autogestion.

L’écologie politique, que l’on dit dans l’impasse, existe donc pourtant, incarnée dans tous ces mouvements qui vont plus loin que les seules modifications des politiques publiques. C’est essentiellement dans ces mouvements que naissent des propositions et des alternatives. Mais une transformation écologique et sociale radicale ne se fera pas sans un rapport de force puissant. Il faut gagner de plus en plus de personnes à ce combat collectif.

C’est dans cette optique que ce forum de l’écologie radicale souhaite s’adresser à celles et ceux qui se réclament aujourd’hui d’une écologie autre qu’institutionnelle.
Quelles actions et organisations collectives pour faire avancer les idées et les pratiques ? Quelle reconversion des systèmes industriels, agricoles, énergétiques ? Quel syndicalisme ? Comment sortir des nucléaires civil et militaire ? Quelles différences et convergences entre ces mouvements et avec d’autres mouvements sociaux (antifasciste, féministe, etc.) ? En un mot, comment sortir par le haut de la crise écologique ? Autant de questions que pourrait poser ce forum.

Note

Illustration de Pavel Constantin

Localisation : 11e arrondissement

À lire également...