Appel : Pour un cortège lesbiennes vénères à la pride de Paris le 2 juillet

Pour un cortège vénère le 2 juillet 2016 à la pride de Paris. On n’est pas là pour faire la fête !

Les émeutes de Stonewall à New-York, en 1969 furent le point de départ des prides. Initiées par des personnes lgbt racisées, travailleuses du sexe et précarisées, en réaction aux violences policières qu’elles subissent quotidiennement, cette insurrection est encore aujourd’hui un symbole fort des luttes croisées de différentes minorités contre l’état, les flics et les expressions racistes, transphobes, homophobes et putophobes.
Malheureusement, on assiste depuis trop longtemps à une récupération marchande de cet évènement. Commerces, entreprises privées et partis politiques ne cessent de lisser nos identités, silencer nos luttes, réduire à un divertissement de masse ce qui à la base est un espace-temps de revendications fortes portées par les exclues de ce système patriarcal, capitaliste, ciscentré, hétérosexiste et raciste.
Aujourd’hui, le PS au pouvoir ne déroge pas à la règle à grands coups d’effets d’annonces, de fausses promesses, de lois misérables et de division des opprimées. Les différentes communautés LGBTQIA+ sont utilisées à des fins électorales, notamment pour faire passer l’infâme pilule de la loi 49.3
L’amendement passé à l’assemblée nationale le 19 mai dernier concernant le changement d’état civil des personnes trans en est un exemple parfait. Porté par la caution gay-mariage de PS, Erwan binet, il s’agit d’une insulte grossière face aux revendications collectives et asso trans qui depuis des années réclament un changement d’état civil libre et gratuit, basé sur l’autodétermination, sans juge ni psychiatre, ni flic de la morale.
Ces mêmes ordures professionnelles de la politique ne portent qu’un projet homonationaliste, raciste et à géométrie variable en fonction des intérêts diplomatiques, politiques et marchands de la France. L’horreur vécue par les migrantes et réfugiées contraste un petit peu avec les discours sur les droits humains. Gouvernants et bureaucrates zélés nous font tout autant gerber que votre drapeau bleu, blanc, rouge.
Pinkwashing et néocolonialisme sont leurs armes de prédilection. Nous ne sommes pas dupes, nous refusons d’être utilisées par ces raclures. Nous refusons de ce fait de faire allégeance aux assos LGBT qui se vautrent dans ces dérives sans honte aucune. Les pratiques racistes, transphobes, handiphobes, misogynes et lesbophobes, putophobes, classistes de l’inter- LGBT, de gaylib, du flag et autres émanations de partis politiques peuvent aller se ranger au côté de l’état et des patrons quand viendra la révolution : vous n’êtes ni ne serez jamais nos camarades.
Nous ne nous définissons pas uniquement en tant que gouines. Nous sommes aussi racisées, victimes de violences policières, anticapitalistes, contre l’impunité policière, contre les prisons, en solidarité absolue avec les migrantes et les réfugiées, contre la répression sanglante qui s’abat aujourd’hui sur les mouvements sociaux et depuis toujours sur les habitantes des quartiers populaires et les personnes racisées.
Hier en manifestation, aujourd’hui en pride, en solidarité avec les personnes incarcérées/ arrêtées/ déportées !

Nous ne voulons pas l’égalité nous voulons une justice pour toutes et tous !
Blocage, grèves générales, occupation : soutien total !

Rendez-vous à 13h au pont des arts, quai François Mitterrand
ou aux abords du pôle radical durant la marche

Pour un cortège gouines en colère

Mots-clefs : LGBT+ | manifestation
Localisation : 1er arrondissement

À lire également...