157 migrant·e·s évacué·e·s d’un campement dans le 19e

L’expulsion a eu lieu mercredi 28 août au petit matin. Les migrant·e·s ont été réparti·e·s dans des solutions « d’hébergement d’urgence ». Parmi eux, 63 enfants qui vivaient dans des conditions indignes.

Encore une expulsion de camp. La mairie de Paris, qui s’est gaussée d’offrir une médaille à la militante, et capitaine de navire de sauvetage, Pia Klemp (que celle-ci a savamment refusée) a encore fait preuve de sa grande humanité.

Les migrants ont été relogés dans des solutions d’hébergement d’urgence. Ce qui n’était pas sans poser des questions comme le souligne l’article de L’Express :

Face aux craintes de certains d’entre eux, qui campaient dans ce lieu très passant « pour être visibles », comme le rappelait une banderole toujours déployée pendant l’évacuation, le préfet de la région Île-de-France Michel Cadot est venu « garantir l’engagement de l’État », notamment « pour les personnes les plus vulnérables ».

L’opération, lancée par l’association Utopia 56, a « révélé les tensions autour de la question migratoire » et était surtout « emblématique » à défaut d’être de grande ampleur, a souligné le préfet, rappelant que « plus de 15 000 personnes ont été mises à l’abri » depuis début 2019.

Mises à l’abri. Grands mots quand on sait que les relogements sont évidemment très temporaires et servent surtout à éclater les campements afin que les migrants ne puissent s’organiser et polluer visuellement par leur présence le potentiel touristique de notre belle ville de Paris.

Mots-clefs : sans-papiers | migrants
Localisation : 19e arrondissement

À lire également...