Analyse et réflexion

Contrôle social

Pour une solidarité durable et appliquée

Ceci est : un appel à véritablement construire des structures d’autodéfense et d’autonomie populaire en vue du fascisme qui vient. Ceci n’est pas : un plaidoyer contre la violence, un rejet de la convergence des luttes, une apologie du pacifisme ou des luttes communautaires. Nous sommes pour : une véritable prise en compte de l’Histoire des milieux populaires et d’immigration, la construction de structures de résistance et de résilience qui ne se mesurent pas et ne s’équivalent pas à l’émeute ou à la manifestation. Nous sommes contre : l’immobilisme, l’attentisme, l’effacement des paroles diverses et contradictoires des quartiers, l’arrogance avant-gardiste de celles.ceux qui ne connaissent la hogra que de loin.

Contrôle social

L’individu et la masse

Réactualisation d'un extrait de « Propagandes » de Jacques Ellul (né le 6 janvier 1912 à Bordeaux et mort le 19 mai 1994 à Pessac), professeur d'histoire du droit, sociologue, théologien protestant et anarchiste chrétien français. Surtout connu comme penseur de la technique et de l'aliénation au XXe siècle, il est l’auteur d’une soixantaine de livres (la plupart traduits à l’étranger, notamment aux États-Unis et en Corée du Sud) et de plusieurs centaines d’articles.

Contrôle social

Revenus d’épargne des pauvres : 400% supplémentaires prélevés à la source sur l’APL

Une taxe à 400% sur des revenus souvent déjà taxés, à l’extrémité de l’échelle des revenus, à 500%. Comment n’avons-nous pas encore entendu crier au matraquage fiscal, à l’impôt confiscatoire ? Où est donc passée la belle ardeur des millionnaires méritants pour défendre leur bouclier fiscal ? Hypothèse explicative : ça concerne principalement des personnes sans revenus ou presque.

Contrôle social

L’avis des marginalisés sur la thèse du « coup » au Brésil

Associer le coup d'état militaire, d'un côté, et l'actuel processus d’écartement de la présidente, de l’autre, en qualifiant les deux d'« attaque contre la démocratie », c’est mettre dans le même sac deux processus de nature différente - le premier, un coup d'état ; le second, une procédure rigoureusement inscrite dans la loi capitaliste - et c’est défendre ainsi la thèse de la gauche institutionnelle soutenant qu'il y a une vraie démocratie au Brésil contemporain et qu'il y a de même des partis et politiciens « démocrates ».

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 |

Suivre tous les articles "Analyse et réflexion"