Analyse et réflexion

Contrôle social

Crise du coronavirus : le capitalisme tue. Éradiquons-le !

Deux mois de confinement. Notre patience est à bout et la colère envers ce système s'en mêle. Travailleuses, chômeurs, galériennes et exploités, nous n'avons pas chômé pendant ces mois d'assignation à résidence généralisée. Nous avons compris que le capitalisme tue plus que le virus, que sous prétexte d'état d'urgence sanitaire des mesures autoritaires et procapitalistes sont là pour nous exploiter davantage et tenter de nous faire courber l'échine. Mais comme pendant les mois de lutte Gilets jaunes, nous ne lâcherons rien. Des solidarités sont possibles et nécessaires, notre rage prendra de nouvelles formes de lutte et nous ferons tout pour ne pas revenir à la « normalité » d'avant.

Contrôle social

Dénégation et radicalité : une hypothèse ou quand le Chat Botté réduit l’ogre en souris...

Chaque événement démesuré voit naître ses détracteurs et ses réducteurs. Ils considèrent (comme le Chat Botté de la fable qui mange l’ogre après l’avoir réduit en souris) que réduire la représentation de ce qu’il se passe pour le mettre à sa portée serait en mesure de donner les moyens de triompher sur ce qui terrifierait, si toutefois on le regardait dans toutes ses dimensions. Ce triomphe obtenu au nom de la peur condamne à l’impuissance et la pandémie de Covid-19 qui est en train de se répandre sur la planète ne fait pas exception à la règle. Elle aussi a ses réducteurs et ses détracteurs. Pourtant il y a bien des choses à redire, à contester, à attaquer face à ce qui se passe, ne serait-ce que l’État et le capitalisme. Mais L’Histoire pousse parfois les adeptes de la perplexité dans le grand bain, et les salariés contraints de continuer à travailler avec le virus comme les émeutiers de la faim ou les révoltés de l’enfermement n’ont pas besoin de dénier la réalité du virus ou de réduire la pandémie à une taille moins effrayante pour se révolter et lutter à la fois contre le virus et contre les modalités de sa gestion par le pouvoir.

Contrôle social

La Gazette des confiné·e·s #12 - Autonomie alimentaire, contrôle de l’info et carte tricolore

Sauver les apparences quand les faits vous échappent, c'est ce à quoi s'emploient Philippe, Borne et Véran. Sommés par le château de remettre tout en marche, ils occupent sans compter presque tous nos écrans. « Masques et tests manquent ? C'est bien embarrassant. Vite ! publions une carte des départements. Génératrice de stress, c'est l'intention qui compte. Croyez-nous sur parole, elle sera prête à temps. Comme nous aimons la presse, se trouvent à notre adresse les meilleurs « fact-checking » sur le confinement. Cette sélection vous choque ? Vous la dites orientée ? Montrez-nous vos papiers ! Quittez Bure prestement ! »

Contrôle social

La crise sanitaire comme outil de domestication

Ce texte a été publié le 3 avril 2020 par la Biblioteca Social Contrabando de Valencia en Espagne, un mois après que l’OMS déclarait que le Covid-19 passait d’épidémie à pandémie, et quinze jours après que le gouvernement espagnol décrétait l’état d’urgence et le confinement de la population. Alors que seules les informations des institutions gouvernementales, sanitaires et policières étaient relayées par les médias, déconstruire le discours officiel sur la pandémie est apparu comme une nécessité : en même temps qu’était annoncée la catastrophe sanitaire pointait l’impossibilité d’énoncer toute critique. Il ne s’agit pas de mettre en doute le virus et son origine biologique – ce qui est un leurre pour dévier notre attention – mais de faire la distinction entre la pandémie et sa mise en scène, entre la menace de la contagion et son instrumentalisation par l’État pour s’assurer un contrôle social total. La crise sanitaire n’est-elle pas une aubaine pour l’État et le capitalisme ?

Contrôle social

« Je suis irresponsable ! » : lettre aux bon·ne·s citoyen·ne·s si soudainement altruistes

J'ai écrit cet article comme un geste d'autodéfense intellectuelle. Je voulais réagir à l'air ambiant présent sur les plateaux télé, sur les conversations Facebook et même dans les bavardages entre ami.e.s. Une petite musique s'est doucement installée dans ma tête, me convainquant de mon propre héroïsme à rester cloîtré chez moi comme si le virus allait se répandre au moindre pas que je poserais à l'extérieur. Je trouve qu'il y a un fond de doctrine néolibérale qui doucement se répand et qui vient nous persuader de notre responsabilité individuelle dans la crise.

Contrôle social

Quand les responsables nous rendent responsables de la crise sanitaire

L'information va très vite, l'opinion générale change du jour au lendemain, les informations contradictoires se mêlent et s'emmêlent, et c'est nous les responsables, les coupables ? Une politique qui laisse à la traîne toutes celles et tous ceux qui ne réfléchissent pas en même temps, ou n'ont pas accès, à l'ouragan médiatique et politique, permettant du même coup de masquer les responsabilités du gouvernement à grand coup de répression.

Contrôle social

L’abject « Monologue du Virus »

« Le monologue du virus », publié sur lundimatin a déjà beaucoup circulé. Ce texte nous invite à accueillir le coronavirus comme le Messie venant nous sortir de notre servitude volontaire et de notre apathie quotidienne. Mais dans ce monologue abject, il est oublié (ou dénié) que tout le monde n'a pas le luxe de se demander s'il faut concevoir le temps de la pandémie comme des vacances ou bien comme l’occasion de cultiver son jardin et l'art de se saluer.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |

Suivre tous les articles "Analyse et réflexion"