Analyse et réflexion

Salariat - précariat

Manifestation interdite : est-ce que détruire suffira ?

Sous un gouvernement social-démocrate, les appels du premier Ministre à ce que les syndicats « annulent d'eux même les manifestations prévues » doivent nous pousser à réfléchir aux tactiques à mettre en œuvre le 23 juin. Comme l'a dit avant nous le camarade Benjamin, « détruire rajeunit ». Mais la destruction ne s'applique-t-elle qu'aux symboles matériels du capitalisme, ou est-ce que ça va plus loin ? (Indice : la réponse est dans la question)

Salariat - précariat

La violence sans l’aimer

Tout a commencé par un dialogue, un soir. Ces fameuses conversations où on refait le monde, des étoiles pleins les yeux et du soleil dans le cœur. J'ai parlé de cette question, insoluble pour moi, qui me préoccupe toujours à chaque coup donné aux vitrines des banques, à chaque pierre lancée sur les CRS, à chaque fois que je noue un foulard noir autour de mon visage et que je rabats la capuche sur ma tête. Cette question que je me pose en boucle, malgré la rage qui monte chaque jour un peu plus devant la violence et l'impunité policière, devant l'iniquité de la justice qui condamne mes ami-e-s et laisse en liberté les vrai-e-s coupables.

Salariat - précariat

Contre la stratégie du full YOLO. À propos de l’article « Pourquoi Emmaüs ou pourquoi pas Emmaüs ? »

Un premier article publié sur Paris-Luttes.info, intitulé « Pourquoi Emmaüs ou pourquoi pas Emmaüs ? » revenait sur un épisode notable de la manifestation contre la loi Travail du jeudi 26 mai à Paris. Fait rare, des personnes inscrites dans des pratiques de casse ont constitué un cordon devant Emmaüs pour empêcher qu'il ne soit attaqué. Si ce premier texte condamne une attitude « autoritaire », il fait l'impasse sur des questions stratégiques centrales. Une autre analyse :

Salariat - précariat

Pourquoi Emmaüs ou pourquoi pas Emmaüs ?

Lors de la manifestation contre la loi Travail du jeudi 26 mai à Paris, l'attaque de la devanture d'un concessionnaire Skoda est chaleureusement soutenue par des centaines de manifestant-e-s. Quelques minutes plus tard, des personnes qui applaudissaient la chute de la vitre du magasin automobile se mettent autoritairement en cordon devant une boutique Emmaüs Solidarité pour la protéger de celles et ceux qui peut-être auraient souhaité s'attaquer à sa vitrine. Ce petit épisode nécessite de refaire un point historique sur ce qu'est Emmaüs. En effet, peu de personnes savent qu'Emmaüs se fait une image respectable et du fric sur le dos des plus pauvres d'entre nous et notamment des personnes dites migrantes.

Salariat - précariat

Autour d’un café

Mam, On a discuté ce matin au café, avec mes amis. On cherche une manière de réagir à ce qui nous arrive à tous en ce moment. L’état d’urgence, renouvelé une troisième fois suite à des attentats – mais en vertu duquel aujourd’hui des gens sont interdits de manifestation. Interdits même de quartiers entiers. Interdit de dire qu’on n’est pas d’accord, imagine. Même l’Union Européenne dit que c’est illégal de faire ça.

| 1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 |

Suivre tous les articles "Analyse et réflexion"