À lire ailleurs

Contrôle social

Le capitalisme a ses limites

Judith Butler discute de la pandémie de COVID-19 et de ses effets politiques et sociaux croissants en Amérique. La catastrophe est planétaire. La pandémie mondiale. L’économie se désagrège. L’anthropocène une vérité incontestable. Alors que le paradigme de notre temps ne peut désormais que se penser à l’échelle du monde, Judith Butler aborde la question de l’épidémie du Covid-19 et du système de santé américain pour mettre en lumière les inégalités sociales et l’invisibilisation des subalternes. Elle y répond avec le concept d’égalité radicale qu’elle développe dans son dernier livre The Force of Nonviolence et qui appelle à imaginer une façon entièrement nouvelle pour les humains de vivre ensemble dans le monde.

Santé - Soins

« Union nationale » et patriotisme au menu du confinement : la militarisation de la santé contre l’épidémie

Depuis une quinzaine de jours, des mesures restrictives sont appliquées par le président de la République par rapport à la « crise sanitaire » que traverse la France. La réduction des déplacements au « strict nécessaire » constitue la décision phare annoncée par le chef de l’État dans son allocution du 16 mars dernier. Le patriotisme et le nationalisme sont également largement mis en avant par le chef des forces armées qui ne manque jamais une occasion de réaffirmer son autorité.

Médias

Solidarités, résistances et réflexions autour du coronavirus à travers les sites du réseau Mutu

Paris-luttes.info est membre d’un réseau de sites d’informations locales, avec chacun leurs particularités, mais réunis autour de principes communs. Initiatives solidaires, résistances face à l'arbitraire et à l'autoritarisme, réflexions et analyses au sujet de la crise actuelle... à l'heure du confinement, l'information est un enjeu crucial et il est plus que jamais nécessaire de renforcer nos médias autonomes ! Lisez, partagez, venez publier, bref participez à Mutu !

Répression - prisons

« Il faut qu’on bloque en promenade ! » Messages de prisonniers de France en réaction au confinement des prisons

Nous donnions, mercredi 18 mars, des informations sur les premières conséquences du confinement dans l’article Le Covid-19 : la prison dans la prison. La première mesure de confinement national annoncée par le ministère des tribunaux et des prisons a été en effet de suspendre les parloirs partout sur le territoire, suspendre les activités, limiter les mouvements en détention. Alors qu’à l’extérieur les travailleurs et travailleuses sont encore incitées à se rendre sur leur lieu de travail pour faire tourner l’économie ; alors que les surveillants et surveillantes rentrent et sortent des prisons tous les jours ; alors que nous sommes et toutes incités à respecter des « gestes barrières »… la première décision pour des prisonniers et prisonnières déjà isolées, a donc été de durcir encore les conditions d’isolement. Plus de parloirs, mais toujours autant de promiscuité en cellule.

Santé - Soins

L’épidémie n’a pas de vertus

Si l’on en croit la multiplication des analyses médiatiques allant dans ce sens dernièrement, l’épidémie de COVID-19 serait bonne pour la planète. Le principal bénéfice écologique évoqué se rapporte à la baisse d’1/4 des émissions chinoises de CO2 sur les deux derniers mois [1], dont les effets positifs sont évidemment climatiques mais aussi sanitaires. L’intérêt autour de cette réduction de la pollution émise par la deuxième puissance mondiale a notamment été renforcé par des images satellites de la NASA illustrant très nettement le phénomène. Quelques articles plus rares mentionnent quant à eux les effets positifs pour la biodiversité de la très récente interdiction par la Chine du commerce et de la consommation d’animaux sauvages [2]. Malgré ces éléments qui semblent univoques, voir des bénéfices pour la planète dans l’épidémie en cours n’est en aucun cas un positionnement écologiste. Revenir aux conditions sociales de la production de l’épidémie ainsi qu’aux principales propositions écologistes permet de s’en convaincre. Il y a assurément une grande différence entre considérer que l’épidémie de coronavirus est en elle-même écologiquement positive et tirer (ou plutôt confirmer) des enseignements écologistes à partir des effets économiques de celle-ci.

Genre - Féminisme

Pour contre-dire l’argumentaire qui genre les comportements humains : Extraits du livre Crise de la masculinité

L'idée de cet article est d'avoir sous la main un argumentaire qui cible, précisément, la tendance qui genre et compartimente les personnalités humaines en fonction du genre ou du sexe, sous couvert d'un déterminisme biologique ou d'archétypes culturels. Ainsi ceux et celles qui cherchent, comme moi, à avoir un support, plus court que le livre, regroupant des arguments pour contrer des idées du discours masculiniste sur l'essentialisation des différences entre les sexes ; je me suis permis de faire un condensé. Je pense qu'il est temps d'en finir avec ces conceptions qui s'attardent trop sur ce qu'il peut y avoir entre nos jambes pour justifier les différents rôles et comportements qu'il y a, à l'intérieur des cultures.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 82 |

Suivre tous les articles "À lire ailleurs"