À lire ailleurs

Salariat - précariat

Exploitation 2.0 : quand des patrons font passer leurs employés pour des travailleurs indépendants

À l’image d’Uber, de Deliveroo ou de Take Eat Easy, les entreprises qui n’emploient plus leurs personnels mais les font travailler comme auto-entrepreneurs se multiplient. Alors qu’elles entretiennent avec ces travailleurs des liens de subordination, elles les précarisent en se débarrassant de leurs devoirs d’employeur (cotisations, congés payés, chômage, couverture maladie, etc.). Après l’enquête sur la start-up lyonnaise Shoops et ses démarcheurs et démarcheuses sous statut d’auto-entrepreneur, des membres du collectif d’entraide à la rédaction de Rebellyon ont voulu cerner un peu mieux les enjeux de ces situations nouvelles avec la sociologue Sarah Abdelnour, l’une des rares à avoir étudié ce sujet.

Salariat - précariat

À l’abordage. Université des luttes. Les 27 et 28 août à Nantes.

Après quatre mois de manifestations quotidiennes, de cortèges de tête, de nuits de discussions, de blocages, de grèves. Après quatre mois d’interdiction de manifester, de violences policières, d’expulsion de raffineries occupées, de 49.3. Le tout sous état d’urgence. Nous vous donnons rendez-vous les 27 et 28 août. À Nantes. Pour continuer ce qui a commencé ce printemps. Pour faire retour sur ce qui nous a rassemblé.e.s dans la rue, et consolider certaines complicités, naissantes, faire vivre celles anciennes que chaque lutte renforce, et en créer de nouvelles.

Salariat - précariat

De la genèse d’un syndicat Jaune durant la Belle Époque aux vitres brisées de la CFDT, son dernier avatar ad hoc.

Le 8 novembre 1899, lors d’un arrêt de travail massif dans les puits de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), un petit groupe de mineurs se constitue avec le soutien du patronat local pour empêcher l’extension du mouvement. Apprenant que ces anti-grévistes appointés se réunissent au Café de la Mairie, un cortège de manifestants se rend sur place.

Salariat - précariat

14 juin – Naissance de notre force

En ce quatrième mois de mouvement social cristallisé autour du retrait de la loi travail, de par la présence d’un million de personnes dans la rue à la manifestation nationale centralisée à Paris et de 300 000 personnes en province, le 14 juin 2016 marque la journée de la plus forte mobilisation : dans la rue, dans la grève, dans la solidarité internationale. Ce jour a été celui de l’affrontement.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |

Suivre tous les articles "À lire ailleurs"