logo

À lire ailleurs

#Revanche lycéenne : réforme Blanquer, quand la dystopie rejoint la réalité

Parce que les lycéen.nes ont raison de se révolter... Une trêve avant la reprise ? Ils étaient nombreux.euses ces dernières semaines, lycéen.nes à bloquer, à se retrouver dans la rue, à manifester. À Saint-Étienne comme ailleurs en France, la réponse de l’État a été simple et claire : pression policière, violences, gardes à vue et tribunaux... On a rarement vu une volonté de tuer dans l’œuf un mouvement de protestation avec un tel acharnement. La violence de la réponse policière nous a presque fait oublier les raisons pour lesquelles les lycéen.nes se mobilisent.

Analyse et réflexion

Fins de mois cherchent fin du monde

Alors que l’aggravation de la crise a fait porter ses coûts principalement sur les prolétaires, la fin du bipartisme qui pacifiait les relations entre travailleurs et bourgeois a entraîné avec elle les mobilisations sociales victorieuses centrées sur des revendications spécifiques. Les nouvelles formes de mobilisation plus radicale, se présentent également avec plus ambiguïté alors qu’aucune forme de compromis social ne semble plus envisageable.

Analyse et réflexion

Force Jaune / Vert / Rouge : l’écologie politique en gilet

Les cinq semaines qui nous séparent du début des gilets jaunes permettent de formuler quelques hypothèses sur le rapport de ce mouvement avec l’écologie politique. Ce sont en fait trois hypothèses que nous voudrions avancer : 1/ Quel que soit l’avenir du mouvement, il a déjà contribué à politiser de manière décisive la question écologique 2/ Le mouvement répond lui-même à des causes écologiques, mais son devenir émancipateur est incertain 3/ L’écologie politique se présente plus que jamais comme un champ de bataille au sein duquel il faudra trancher.

Infos locales

Après 87 jours de lutte, les grévistes du Hyatt l’emportent et font la nique aux ordonnances Macron

Les femmes de chambres, équipiers et gouvernantes, employé.e.s en sous-traitance au palace Hyatt Vendôme, avec plusieurs salarié.e.s de l'hôtel, avaient commencé leur grève le 25 septembre, pendant la Fashion Week. Après 87 jours de piquets quotidiens, de répression tant de la direction que des flics, de pression des commerces bourges voisins, illes n'ont rien lâché et sortent victorieux.ses de ce conflit.

| 1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 100 |

Suivre tous les articles "logo"