Italie

À lire ailleurs

Couvre-feu : l’Italie s’embrase

Partie de Naples, la vague de révolte populaire contre les nouvelles mesures de couvre-feu et la gestion gouvernementale de la crise sanitaire s’est étendue à plusieurs autres villes d’Italie. Des émeutes ont ainsi éclaté à Turin, Milan, Rome ou encore Trieste. [Acta a] traduit deux textes, l’un de nos camarades d’Infoaut, l’autre du collectif Milano in Movimento, revenant à chaud sur les affrontements qui ont embrasé Turin et Milan dans la nuit de lundi à mardi. Il en ressort notamment une composition sociale hétérogène et contradictoire, dont la disponibilité à l’antagonisme se cherche encore une articulation stratégique. Un article initialement publié sur Acta.zone.

À lire ailleurs

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux. Une censure a été mise en place sur son courrier, et il a déjà fait l'objet d'un rapport disciplinaire le 16/09 pour l'avoir discutée. Il dit également qu'il faudra être motivé pour lui faire parvenir du courrier, et que lui même aura beaucoup de mal à en envoyer. Ce transfert faisait suite à une désinformation médiatique en réponse à l'annonce de sa grève de la faim et des soins thérapeutiques, lancée faute d'un droit à la défense effectif. L'interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l'acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements. Retrouver également l'appel à soutien publié sur Lundi matin (Merci de garder en tête que Traduire, c'est toujours un peu trahir. Si cette traduction suscitait des questions, elles seront les bienvenues.)

À lire ailleurs

Suite à l’annonce de la grève de la faim de Cesare Battisti le 8 septembre, désinformation et représailles.

Estimant avoir tenté tous les recours possibles pour que ses droits en détention soient respectés, Cesare Battisti annonçait le 8 septembre dernier, entrer en grève de la faim et des soins thérapeutiques. Aussitôt, une manipulation médiatique s'est déversée, y compris en France, laissant entendre que son maintien à l'isolement venait d'être validé par la cour de cassation, sans préciser qu'elle cassait en réalité un recours contre les 6 mois d'isolements purgés il y a maintenant 13 mois. Et hier, l'information tombe : ils l'ont transféré, sans préavis, semble-t'ils, en Calabre, dans une prison qui regroupe les djihadistes, encore plus inaccessible aux visites de sa famille et de son avocat.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 19 |

Suivre tous les articles "Italie"