impérialisme

À lire ailleurs

Marx et la théorie de l’Histoire - Communes et colonialisme

D’abord fervent partisan de l’expansion du capitalisme qui devait être le prélude à la constitution d’une classe révolutionnaire mondiale, Marx a évolué vers des positions moins tranchées à la fin de sa vie, pour finir par formuler une critique acerbe de la destruction systématique des rapports sociaux précapitalistes par les puissances coloniales. Ce basculement est le fruit d’un long cheminement théorique et d’une attention toute particulière portée aux sociétés dites primitives. La relecture des notes que nous a laissées Marx revêt des enjeux politiques actuels, puisqu’elles posent la question de la possibilité concrète de la révolution en l’absence d’un prolétariat majoritaire et unifié. Pendant toute l’époque du mouvement ouvrier, la vision téléologique et eurocentrée de l’Histoire a prédominé et affirmait que la révolution ne pourrait venir que des centres capitalistes occidentaux en raison de la concentration industrielle qu’ils abritaient. Aujourd’hui, il est flagrant que ce n’est pas (plus) le cas, et que les soulèvements d’ampleur ont davantage lieu dans les Suds.

Infos locales

Au Tchad, la colonisation est terminée ! par un collectif de jeunes Tchadien.nes

Nous jeunes Tchadien-ne-s : Nous exigeons le départ du CMT. Nous ne trahirons pas les jeunes qui manifestent partout au Tchad en criant leur volonté de voir partir la France. * Aucune négociation avec l’Élysée ou l’État Français. Nous exigeons le départ de l’armée française, la colonisation est terminé. RDV le 15 mai 2021 dés 13h place Saint Augustin. M° St Augustin

Infos locales

Il faut qu’il signe ! Faisons plier l’Etat français !

« Il faut qu’il signe ! ». Telle est la dernière injonction de l’État français, lancée à la volée par le président français, le 6 août 2020 à Beyrouth, en réponse aux cris de tous ceux qui sur son passage scandaient, une fois de plus, l’exigence légitime de la libération de Georges Abdallah. « Il faut qu’il signe ! », le tout mimé d’un geste de la main et puis plus rien : un détournement de tête et un pas qui s’accélère pour reprendre sa mascarade du jour : celle de l’homme providentiel venu rassurer et garantir la reconstruction d’un Liban terrassé. Le dossier est cette fois mieux travaillé : fini la perplexité de façade montrée à Tunis, quand lors d’un précédent bain de foule, Emmanuel Macron avait semblé découvrir le nom même de Georges Abdallah ; désormais, la réponse est toute trouvée et savamment préparée : « il faut qu’il signe ! ».

Infos locales

Christophe Colomb doit disparaître de nos rues !

En fin de semaine à Ivry-sur-Seine, la rue Christophe Colomb a été visitée. Un jet de peinture, couleur sang, a recouvert l'écriteau, tandis qu'un autre faisait son apparition : « rue de la lutte pour l'indépendance des peuples colonisés ». De grands portraits noir et blanc de femmes symboles de la lutte contre la colonisation ont été collées au son d'une magnifique chanson, Maldicion de la malinche, de Amparo Ochoa.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 |

Suivre tous les articles "impérialisme"