bourgeoisie

Analyse et réflexion

[Radio] Entre Macron et Mélenchon, les classes moyennes salariées

Les classes moyennes salariées peuvent parier sur un cheval néolibéral (Macron) ou un cheval altercapitaliste (Mélenchon), elles n’en sont pas moins globalement des défenseuses du capitalisme, du compromis capital-travail, de l’État et de sa classe politique, et cela alors même qu’elles se prétendent des représentants des classes populaires lorsqu’elles mènent leurs luttes soi-disant anticapitalistes (Occupy, Nuit Debout, etc.). Cette position structurellement contre-révolutionnaire n’est pas un effet du hasard, mais découle de leur rôle d’encadrement du prolétariat et du procès de production capitaliste, ce qui leur confère un sursalaire et une autorité, assurant leur fidélité au capital et son État en même temps que leur séparation d’avec l’ensemble du prolétariat. Loin de se contenter d’une dénonciation rituelle de l’interclassisme, cette émission vise à une analyse radicale des classes moyennes salariées et son rôle contre-révolutionnaire en tant que classe, mais dont des membres peuvent devenir révolutionnaires – avec Alain de Carbure.

Analyse et réflexion

La classe politique noyautée par les lobbies ?

Le pouvoir appelle l’argent, et réciproquement, depuis l’invention de la politique. Mais si c'est bien l'homme politique qui exerce une bonne partie des pouvoirs, c'est du côté des entreprises que se situe l'argent, et donc les leviers de manipulation des hommes politiques. Entre ces deux mondes imbriqués, une engeance trouble qui s'emploient à « fluidifier les relations » : les lobbyistes, plus ou moins discrets, mais toujours efficaces.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |

Suivre tous les articles "bourgeoisie"