Un salon de coiffure occupé et autogéré par ses travailleuses chinoises sans papiers

Des travailleuses et un travailleur chinois(e)s sans-papiers occupent depuis le 3 février le salon de coiffure où elles travaillent au 50 boulevard de Strasbourg, à Paris.
Jeudi 20, vendredi 21 et samedi 22 février, le salon sera ouvert de 10 h à 19h pour que les travailleuses puissent se payer ! Venez nombreux et nombreuses !
Petit récit et photos de camarades passés les soutenir.

Article mis à jour le 25 février (extrait radio et video-tract en plus)

JPEG - 697.8 ko
Une devanture de salon de coiffure décorée d’une affiche singulière. Photo de Valentina Camozza

Elles sont quatre travailleuses sans-papiers chinoises et un travailleur du salon de coiffure du 50 boulevard de Strasbourg (entre Château d’eau et la gare de l’Est), à Paris, qui n’ont pas été payées depuis décembre. Le patron est parti, sans laisser de trace. Mais Fao-Lin, Feng Zhen, Shuqin et les autres ne comptent pas se laisser faire ! Elles font grève depuis le 3 février et occupent le salon tous les jours de 10 h à 20 h jusqu’à ce qu’elles soient payées.

Le salon n’est pas bien grand : au rez-de-chaussée, c’est la manucure, si on emprunte un petit escalier étroit, se trouve un salon de coiffure où se sont mises en grève deux coiffeuses depuis le 17 février.

JPEG - 507.1 ko
Photo de Valentina Camozza
JPEG - 573.9 ko
Photo de Valentina Camozza

Cela fait un an, deux ans voire quatre ans que Fao-Lin, Feng Zhen, Shuqin et leur camarade travaillent ici. Quand elles ont cessé d’être payées, les travailleuses n’ont pas trouvé d’autre recours : elles ont lancé seules la grève. Mais voyant au bout de quelques jours que rien ne se passait, l’une d’elles est allée chercher de l’aide du côté de la CGT. Une copine chinoise lui aurait dit que c’est grâce à leur soutien qu’elle aurait obtenu ses papiers. Deux des travailleuses seraient syndiquées à la CGT depuis 2010.

Quand j’entre dans le petit salon de coiffure, ce lundi 17 février, les femmes sont assises et discutent avec les personnes venues en soutien : l’union locale de la CGT du 10e, l’UJR (Union des Jeunes Révolutionnaires) et l’Organisation de Femme Égalité. Un rendez-vous a été organisé avec la mairie à 17 h, au salon, où le maire se serait plus ou moins engagé oralement à les régulariser.

JPEG - 624.3 ko
Photo de Valentina Camozza

L’organisation du salon était la suivante : Le patron fournissait le local (les loyers ne sont d’ailleurs plus payés) et un rabatteur pour amener des clients au salon et prenait 50% de ce qu’elles gagnaient.

Depuis qu’il est parti et qu’elles ne sont plus payées, les femmes ont beaucoup de frais : elles doivent tout avancer elles-mêmes pour travailler (matériel de protection contre les solvants agressifs comme les masques, les postiches de coiffure, ongles pour les clientes etc) et peu d’argent.

Samedi 15, les travailleuses ont ouvert le salon et l’ont fait tourner. Ce qu’elles ont gagné est allé alimenter la caisse de grève et leur permet de se payer. Elles vont occuper le salon de coiffure jusqu’à ce qu’elles soient payées et régularisées.

Jeudi 20, vendredi 21, samedi 22, elles remettent ça ! Le salon sera ouvert.

Passez les voir tous les jours entre 10 et 20 h, venez les soutenir !

Un soutien

P.-S.

Les Chroniques Syndicales sur Radio Libertaire ont interviewé deux salariées : leur entretien commence à partir de la 25ème minute :
http://media.radio-libertaire.org/backup/08/samedi/samedi_1130/samedi_1130.mp3

Video-tract réalisé par une personne en soutien : http://vimeo.com/87291967

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}