Un an après... Révélation exclusive à propos de deux « banquiers » contre la loi Travail

Le 13 mai 2016, au 20h de France 2, Laurent Delahousse montre un reportage sur les casseurs du mouvement contre la loi Travail au Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, médusé...

Le sensationnalisme de ces journalistes a ses limites : ce qui les intéresse, on le voit bien, ce n’est pas seulement d’avoir des témoignages qui ont du poids mais aussi et surtout d’avoir des images « choc ». Et quand ils se font sauter dessus par des bacqueux en même temps que les deux jeunes qu’ils interviewent, leur réaction est directe, spontanée : « ho, ho, on est journalistes ! ». Comprendre : « vous pouvez arrêter les deux anarchistes, là, mais nous on n’a rien à voir avec tout ça ». Selon eux, c’est « le signe d’une tension croissante chez les forces de l’ordre ». Pas un mot sur la méthode utilisée par les flics, sur leur déontologie de journalistes qui ne semble pas tellement heurtée par cette arrestation en pleine interview...

Mais c’est pas sur ce moment-là qu’on voudrait s’étendre désormais. C’est sur le passage des banquiers, ces « profils surprenants » :

La séquence était d’ailleurs passée au défunt Zapping de Canal Plus, tout cela créant un « buzz » jusque dans les sphères détestables des syndicats de police.

En effet, les « banquiers » étant membres du syndicat CFE-CGC, auquel est affilié le syndicat de police Alliance, les concurrents d’Unité SGP Police Force Ouvrière ont sauté sur l’occasion pour annoncer sur leur page Facebook et sur leur site qu’il y a des « casseurs anti-flics à la CFE-CGC », avec un montage cheap et hilarant du reportage de France 2 (voir à 1’15 et 2’, musique flippante et encarts accusateurs : « Au lieu de stigmatiser honteusement Unité SGP Police, Alliance CFE-CGC ferait mieux de balayer devant sa porte »).

PNG - 564.8 ko

Le 15 mai 2016, la CFE-CGC a publié un communiqué signé par sa présidente Carole Couvert, dans lequel elle déplore que la CFE-CGC fasse « l’objet d’attaques particulières lors du journal télévisé de France 2 de 20h vendredi 13 mai 2016 » tout en précisant que la CFE-CGC ne participe pas « aux manifestations demandant le retrait du projet de loi ».

Tout cela a donc créé des débats enflammés sur Facebook entre Unité SGP Police et Alliance, les flics d’Unité SGP Police se plaignant notamment de ne pas être invités au fameux rassemblement « contre la haine anti-flic » qui se tiendra quelques jours plus tard, le 18 mai 2016, place de la République. Il est vrai qu’ils auraient pu y faire des selfies avec les guest-stars Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard au milieu des drapeaux Alliance et CFE-CGC... Dommage pour eux.

Bref, avant de vous raconter comment on en est arrivé là, on va briser le suspense tout de suite : nous, les deux banquiers de la CFE-CGC, n’avons jamais été ni banquiers ni membres de la CFE-CGC. On n’avait d’ailleurs rien prémédité. On était juste des manifestants parmi d’autres, n’ayant aucune sympathie pour l’argent ni pour le travail. Ni pour la CFE-CGC. On s’est retrouvé dans la peau de membres de la CFE-CGC par pur jeu, pour le plaisir de créer des situations inattendues...

Deux zigotos en mode impro

C’était donc il y a un an, précisément le mardi 3 mai 2016. Nous sommes allés à 11h à Montparnasse pour participer à la manif appelée par la Coordination étudiante d’Ile-de-France. Celle-ci s’est déroulée dans un calme assez étonnant. Il y avait quelques centaines de personnes, et quand même une bonne ambiance, et de chouettes slogans. On y a diffé le roman-photo Le printemps sera chaud, que vous pouvez toujours lire sur Paris-Luttes.info.

Arrivée à Invalides, la manif s’est fondue dans un rassemblement inter-syndical pépère et « unitaire » avec la CGT, FO, Solidaires, UNSA, UNEF, FIDL et l’UNL, toujours contre la loi Travail.

Juste à côté, sur une pelouse délimitée avec des rubalises et des vigiles privés, se trouvait un rassemblement de la CFE-CGC, en mode « critique de la loi Travail mais trop, faudrait pas exagérer ».

Et comme on a vite senti qu’on allait sûrement se faire chier si on se lançait pas dans un truc un peu marrant, on a décidé d’essayer de s’incruster au pique-nique de la CFE-CGC. On s’est dit qu’on pourrait sûrement taxer un peu de bouffe, enfin ça nous faisait un défi de départ, quoi. Vu le nombre de vigiles, on s’est mis en mode « filou » et on s’est fait passer pour des employés du magasin de glaces qui se trouvait sur la pelouse de la CFE-CGC. On est passé crème, alors on a claqué la bise aux employé-e-s du magasin en faisant genre qu’on les connaissait, et après c’était bon, on était au coeur du pique-nique, comme à la maison avec les autres bouffons de la CFE-CGC.

Assez rapidement, on a chourré deux k-ways blancs avec le sigle CFE-CGC (c’était annoncé « dress code blanc », il fallait s’adapter pour se fondre dans le décor), puis on nous a donné des casquettes, badges, sifflets, écharpes, qu’il fallait rendre à la fin du rassemblement (mais on a probablement oublié de faire ça...).

On a discuté avec des syndicalistes CFE-CGC qui déjeunaient sur l’herbe, on a compris à peu près à qui on avait affaire, qu’il s’agissait de cadres, et c’est là qu’on a commencé à s’inventer une vie de banquier pour se faire accepter. On disait qu’on bossait dans une banque à Gennevilliers, on brodait autour de ça. Et comme prévu on a bouffé à l’oeil (rien d’exceptionnel, cependant).

Après s’être rempli la panse et avoir écouté un discours insipide d’une des chefs de la CFE-CGC, on est sorti de la pelouse pour retourner tranquillement devant le camion-sono de la CGT où d’autres discours insipides se tenaient (rappelons qu’il y avait là aussi un bon paquet de syndicats). On s’est dit qu’on allait differ le roman-photo avec notre nouvel accoutrement blanc, sauf que ça ne passait pas très bien... Comme sur la pelouse CFE-CGC, les gens croyaient vraiment qu’on faisait partie de ce syndicat de cadres, alors personne ne prenait notre roman-photo, et on se faisait même insulter ! Un vieux syndicaliste CGT s’est mis à nous gueuler dessus en faisant des gros « fucks », il a essayé d’agripper l’un d’entre nous, ça commençait à devenir un peu chaud. On avait beau expliqué que c’était pour de faux, qu’on n’était pas vraiment des mecs de la CFE-CGC, le mec ne voulait pas nous écouter et continuait de gueuler. Et bon, c’est vrai que c’était un peu chelou comme explication, alors on comprenait son énervement, mais lui pensait juste qu’on le prenait pour un con. C’était à la fois drôle et flippant : on était morts de rire de se faire insulter de sales capitalistes, mais plus on rigolait plus on risquait de se faire taper dessus ! Alors on a enlevé nos k-ways, casquettes et compagnie et expliqué clairement qu’on avait tout pécho en loucedé chez les bouffons de la CFE-CGC, et là le mec a compris et s’est excusé de s’être énervé, ce à quoi on a répondu « nan nan, t’as trop raison de réagir comme ça, c’est cool ». On a fini de differ nos tracts sans notre déguisement, c’était plus simple comme ça.

Un peu plus tard, une partie du rassemblement s’est déplacée vers la rue de Constantine, les flics ayant arrêté quelques lycéen-ne-s de ce côté-là de l’esplanade des Invalides. On a spontanément remis nos déguisements blancs et on s’est mêlé à la foule des manifestant-e-s. On nous a regardé chelou à plusieurs reprises, mais nous voyant masqués et solidaires, tout le monde comprenait rapidement que notre équipement CFE-CGC était une sorte de prise de guerre, qu’on n’était pas vraiment de la CFE-CGC...

Quand Patrick Balkany est passé à côté de nous, on lui a tous gueulé dessus, il s’est fait bousculer et cracher dessus, mais ça va c’est resté assez tranquille pour lui. Vu l’ordure que c’est, il aurait pu prendre cher...

Au final, il y avait donc deux membres de la CFE-CGC qui gueulaient sur les flics au même titre que tou-te-s les autres manifestant-e-s. C’était déjà assez marrant, comme situation. Et c’est en voyant un manifestant parler à des journalistes qu’on s’est dit qu’il y avait peut-être un truc à tenter de ce côté-là...

On est donc allé voir les journalistes de M6 qui rodaient dans le coin en leur disant qu’on était des syndicalistes CFE-CGC trop véners et déters, mais elles ne nous ont pas cru et se sont barré. En revanche, les mecs de France 2 ont mordu direct !

On leur a parlé en disant qu’on voulait rester masqués pour que nos collègues ne nous reconnaissent pas, on leur a dit en off où on bossait (soi-disant, hein), on a raconté pas mal de trucs, genre « on est à la CFE-CGC parce que là où on bosse il n’y a pas d’autre syndicat, mais on est chauds, on est avec les casseurs, on attaque la police », etc. L’interview a duré 5-10 minutes, on s’est dit que jamais ça passerait tellement c’était gros, mais ces bolosses de France 2 ont dû se dire qu’ils tenaient là un bon gros buzz... Pfff.

Voilà. Un mélange d’un peu d’audace, un peu d’imagination, un peu d’Actors Studio DIY, et beaucoup de spontanéité et d’improvisation. C’était loin d’être l’histoire de l’année, mais on s’est bien marré !

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}