Pourquoi nous n’irons pas voter

Article écrit suite à de nombreuses discussions autour du vote

C’est reparti pour un nouveau concours électoral de la plus grande entourloupe et de la pire hypocrisie. Difficile de passer au travers, entre la télé, les journaux, la radio et internet. Les charognards sortent leurs poubelles un peu partout dans la ville, sur les murs et les marchés.

Ils veulent savoir qui d’entre eux va tenir les rênes pour gouverner, qui va être le grand chef tout en nous faisant croire que notre participation à cette comédie est un mode d’expression, qu’on nous écoute et que tout peut changer grâce à notre petit bout de papier glissé dans une urne.

Est-que c’est nous ou le disque est rayé ?

La période électorale est une concentration d’utilisation de faits divers ou événements à des fins de pouvoir par la manipulation. L’utilisation de la menace terroriste pour se faire élire est devenue tristement banale. Leur discours sécuritaire leur permet de légitimer toujours plus de contrôle, de répression, de guerres. Même si la forme change, au fond c’est toujours les mêmes discours que ce soit aujourd’hui ou il y a 30 ans, que ce soit à "droite" ou à "gauche".

On entend beaucoup dire aujourd’hui qu’il faut aller voter pour empêcher le FN de passer.

Loin de nous l’idée qu’on s’en fout ou qu’on voudrait que le FN passe pour que le monde se réveille enfin, qu’advienne la révolution ou la révolte. C’est illusoire d’imaginer la révolution à partir de cet événement. Nous savons bien évidemment que certain.e.s d’entre nous prendront plus cher que d’autres, toutes celles et ceux qui sont mis dans les "mauvaises cases" en fonction de la couleur de peau, des papiers, de la sexualité, de la sonorité du nom, la réappropriation corporelle, des revenus, des idées, etc.

D’accord, ça serait pire si le FN passait au 1er ou second tour mais même si le FN ne passe pas, leurs idées sont de plus en plus présentes, reprises, parsemées. Que ce soit les débats sur l’identité nationale, la tentative de loi sur la déchéance de nationalité, les "manif’ pour tous", le renforcement des frontières. Est-ce que si le FN ne passe ni au 1er ni au second tour on peut dormir sur nos deux oreilles ?
On ne croit pas.

Et en ce qui nous concerne, on ne participera pas à ce système qu’on voudrait plutôt voir anéanti. Celui-là même qui, sous couvert de liberté d’expression, produit des discours discriminants. On continuera à choisir nos moyens d’expression et d’action les plus adaptés à nos désirs, notre message et son contexte. Si on a besoin d’écrire sur les murs, de crier dans la rue, d’affirmer notre soutien envers des personnes en lutte, ne pas être là où l’on nous attend, on le fera.

Si on écrit et qu’on s’affiche ici, c’est pour clamer qu’on ne veut pas être complices de cette mascarade. Nous ne voulons pas choisir un système de société pour les autres tout comme nous n’acceptons pas qu’on nous en impose un. C’est une des raison pour lesquelles nous rejetons la démocratie, alias la dictature du plus grand nombre. Pour rien au monde nous n’aurions envie de donner du pouvoir, une emprise sur nos vies à des ordures politiciennes, ni même à quiconque d’ailleurs. Au contraire nous voulons éradiquer toute forme de domination et d’État.
Celui là même qui sert le capitalisme en encourageant et participant à l’exploitation des pauvres par les riches mais aussi à s’exploiter soi-même, à la répression brutale des insoumi.e.s, à l’enfermement de celles et ceux qui n’entrent pas dans les "bonnes cases" que ce soit subi ou choisi.

Encore et toujours, l’heure n’est pas à la résignation. Il tient à chacun.e, selon ses possibilités de mettre des bâtons dans les roues de la démocratie. Que cela soit par la pratique de l’abstention, d’en parler autour de soi, de montrer de l’hostilité envers les raclures politiciennes, décoller les affiches électorales, vandaliser les locaux des partis (peintures, cailloux dans la vitrine, etc), saboter les serrures des bureaux de votes, asperger les élu.e.s d’urine …
Dans tous les cas, FN ou pas, on veut garder nos forces, notre lucidité et notre liberté de penser pour affronter les nouvelles lois/actes/discours racistes, transphobes, validistes, homophobes, classistes, agistes, sexistes... qui vont continuer d’arriver.
La lutte est quotidienne, dans la rue, dans nos vies et pas uniquement au rythme d’un quinquennat bidon.

Nous voulons inventer nos vies, nos plaisirs, nos désirs et que cela soit possible pour toutes les personnes rêvant de liberté mais que la société asphyxie et contraint à la survie.
Nous voulons prendre soin de nous, nous renforcer dans nos luttes, jouir de la vie qu’on se serra choisie.
Et la vie, c’est déjà pas facile alors..

P.-S.

 - 639.8 ko

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net