Plateforme d’enquêtes militantes

Annonce du lancement de la page internet Plateforme d’Enquêtes Militantes (http://www.platenqmil.com/), un site de production de savoir militant issu des luttes et pour les luttes.

La contestation de la Loi Travail nous a mobilisé.e.s en grand nombre pour dire « non » à cette réforme « et à son monde ». Etudiant.e.s, travailleur.euse.s, chômeur.euse.s et précaires, nous avons poursuivi l’agitation sociale et multiplié les échanges depuis la rentrée de septembre 2016. Plusieurs espaces d’autoformation de moyen et long terme ont contribué à donner forme au besoin partagé d’outils critiques. Il paraît dorénavant nécessaire de les articuler à une intervention directe dans la conjoncture. Alimentée par ces exigences autant qu’elle ambitionne de leur donner corps, cette plateforme a pour objectif d’accélérer et d’intensifier la production théorique et politique : entre la ligne de conduite et l’élaboration intellectuelle, là où les propositions théoriques débouchent sur l’action et la pratique politique produit du discours. Nous entendons déployer cette dynamique dans les cinq directions suivantes.

1. Enquêtes et interventions

Non pas des enquêtes sociologiques, ni des enquêtes journalistiques ; mais des enquêtes militantes, qui visent explicitement à produire un savoir partial, à prendre parti, à s’engager activement dans les luttes sociales et politiques. Une fois évanouie la phase d’ébullition de la mobilisation contre la Loi Travail, l’importance de l’enquête a été soulignée à plusieurs reprises pour sortir de l’entre-soi militant. Échange « à chaud » à partir de situations conflictuelles (manifestations, grèves, actions ciblées, etc.) ou engagement dans le quotidien, l’enquête s’inscrit dans les réalités sociales d’où émergent les comportements politiques. C’est un style de militance vouée à produire des conséquences effectives : tisser des liens, co-élaborer des trajectoires de mobilisations, accentuer leur offensivité. Elle est un moment où la prise de parole, la mise au jour d’un savoir, la construction d’un point de vue soutiennent et relient les résistances, favorisent la mise en commun des pratiques de lutte où l’on affronte non seulement l’exploitation et la précarisation, mais aussi les oppressions de genre et de race, les violences étatiques, la dépossession territoriale et environnementale. Tout autant que du savoir, l’enquête vise donc à produire de l’antagonisme.

2. Perspectives transnationales

La crise systémique qui traverse le capitalisme est non seulement structurelle et permanente, mais aussi globale. Annoncée aux États-Unis depuis 2007, rapidement étendue à l’Europe, elle a ensuite contaminé l’Asie pour s’installer finalement aux quatre coins du monde. De même, le cycle de lutte qui s’oppose à cette crise est d’une ampleur inédite : planétaire et radical, diffus et intermittent. Des côtes méditerranéennes jusqu’aux côtes transatlantiques, des centres de production de biens et de savoirs jusqu’aux réseaux logistiques et aux métropoles, les rapports d’exploitation et d’oppression capitalistes font dorénavant face à une pluralité de subjectivités en révolte. Après l’épuisement du mouvement ouvrier traditionnel et des mouvements anticoloniaux, les formes d’auto-organisation se renouvellent à l’échelle du globe et réinventent combats et critiques anticapitalistes. Relayer ces luttes, apprendre d’elles et s’y rattacher sont autant d’exigences qui s’imposent alors.

P.-S.

Cette plateforme, nourrie par une mailing list interne, est ainsi ouverte aux propositions de textes destinés à un ou plusieurs de ces cinq axes.

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}