La BD, avant-garde et propagande

La librairie Quilombo et les éditeurs vous convient à une discussion « La BD : une histoire d’avant-garde & de propagande » ce mercredi 14 décembre à 20h autour de la sortie de deux BD : Bohemians, Une histoire graphique des avant-gardes artistiques aux États-Unis et La Ferme des animaux. S’ensuivra un pot où nous pourrons échanger sur nos bandes dessinées préférées !

  • Bohemians, Une histoire graphique des avant-gardes artistiques aux États-Unis , nada édition
    JPEG - 17.1 ko

    Cette histoire graphique des avant-gardes artistiques américaines fait revivre, à travers différents portraits et anecdotes, les grandes figures de la Bohème aux États-Unis, de Walt Whitman à Harvey Pekar et Robert Crumb en passant par Oscar Wilde, Alfred Stieglitz, Marcel Duchamp, Francis Picabia, Gertrude Stein, Joséphine Baker, Woody Guthrie, Billie Holiday, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, etc.

Les récits réunis ici revisitent les idées utopiques et l’esprit de liberté que ce mouvement cosmopolite et radical a insufflés au monde des arts, de la littérature, de la musique, de la danse et rendent compte de l’effervescence des quartiers aujourd’hui mythiques de Greenwich Village, Harlem ou Brooklyn.
Illustré par les principaux représentants de la bande dessinée underground américaine (Peter Kuper, Spain Rodriguez, Sharon Rudahl, Jeffrey Lewis, etc.) et coordonné par Paul Buhle (Une histoire populaire de l’empire américain) et David Berger, Bohemians est le récit foisonnant et passionnant des élans rebelles qui ont traversé l’histoire culturelle des États-Unis aux XIXe et XXe siècles.

- La Ferme des animaux , L’échappée

JPEG - 19.9 ko

Dans les années 1940, George Orwell écrit La Ferme des animaux, une fable dans laquelle les animaux chassent leurs maîtres humains et instaurent dans leur ferme un nouveau régime politique qui tourne vite à la dictature. Entre les lignes, on comprend qu’il s’agit d’une charge contre le stalinisme.

À l’aube de la guerre froide, cette critique de l’URSS sonne tellement juste que la CIA et les services secrets britanniques décident, en 1951, de la transposer en bande dessinée dans le cadre de leurs opérations de propagande anticommuniste. Elle sera diffusée partout sur la planète, et prioritairement dans les pays du tiers-monde, devenus l’enjeu des luttes entre grandes puissances. Et notamment en langue créole, version que nous avons traduite pour l’édition de ce document exceptionnel pour la première fois republié.

Bien que cette BD démontre la puissance et l’originalité de la propagande américaine, elle reste extrêmement fidèle à l’œuvre originale, de sorte que son contenu subversif finit par annuler sa visée contre-révolutionnaire. Car la leçon à tirer de La Ferme des animaux est que, pour faire triompher une révolution, le peuple doit se débarrasser de ceux qui prétendent en prendre la direction.

Le mercredi 14 décembre 2016 à 20h00
LA BD : UNE HISTOIRE D’AVANT-GARDE & DE PROPAGANDE

Apéro-discussion avec les éditions nada et les éditions L’échappée à 20h // à la librairie (23 rue Voltaire, 75011 Paris - m° Rue des Boulets/Nation).

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}