Jean-Michel Blanquer, le « performer » de l’Éducation nationale

Le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, n’est pas seulement un homme « de la société civile », il est aussi l’ancien président de l’ESSEC. Blanquer a déjà ses fans, ceux qui rêvent d’une école du mérite, où les meilleurs s’en sortiront au prix d’efforts, de labeur et d’acquiescement aux exigences des chefs.

Des racines profondes
Cet ancien dirigeant de la plus prestigieuse école de commerce française peut être fier d’avoir dirigé cette pépinière de futurs chefs du monde. Nous pouvons citer dans le désordre et pour le plaisir, C. Duflot, F. Pellerin, A. Kohler, ou encore les dirigeants actuels de PSA, France Télécom, l’ANPE, l’Oréal, Darty, Unilever, Nestlé, Burger King, Goldman Sachs, et enfin Julien Coupat.

Un tronc commun

L’ESSEC a par ailleurs ces dernières années fait valider un certain nombre de chaires de recherches, nées de partenariats avec des entreprises sponsors. Nous y retrouvons les suivantes : La Poste (management stratégique des services), Sodexo (Innovation et qualité de vie au quotidien), LVMH (chaire Luxe)…

Un développement en devenir

Blanquer est également connu pour avoir publié L’école de demain, ouvrage prometteur paru il y a un an. Voici une liste non exhaustive des grands thèmes de l’ouvrage suscités : autonomie des établissements, annualisation, tri social, renforcement des hiérarchies, augmentation du temps de travail, territorialisation, recrutements locaux, orientations précoce, numérisation, individualisation, salaires au mérite, filières sélectives …

Cet ouvrage se présente comme une application des découvertes scientifiques en éducation, et s’inspire en droite ligne des programmes de l’OCDE [1]. Réalisé avec l’aide de l’Institut Montaigne [2], le programme de Blanquer repose sur quatre principes fondamentaux : l’autorité, l’autonomie, les fondamentaux et la hiérarchisation. Et qui l’amène à dire sans plaisanter que « la création de postes pose plus de problèmes qu’elle n’en résout » [3].

Un vrai réac, admiratif de l’uniforme

On aurait dû s’en douter, il aime aussi les solutions les plus réactionnaires pour l’éducation. Il y a peu encore, il applaudissait aux propositions d’une association comme Espérance banlieue, qui monte des écoles hors contrat et franchement traditionalistes [4]. Participant à un colloque organisé par ladite association, il déclarait ainsi : « Ce que fait Espérance Banlieue c’est ce qu’il faut pour le système éducatif public ».

Lire la suite sur La Rotative.info

Notes

[1Pour mieux appréhender les directives de l’OCDE et les dérives qu’elles entraînent, lire les textes de Nico Hirtt autour de l’idée de la marchandisation de l’école.

[2Think-tank français, qui se présente avec l’objectif de concilier les enjeux de compétitivité et de cohésion sociale.

[3L’express du 09/01/2017

[4Et qui s’installent d’ailleurs subrepticement dans la région comme un article de La Rotative le montrait il y a quelques mois.

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}