Concert de soutien aux 56 filles brulées vives au Guatemala

Elles brûlaient pendant que nous marchions
Le 8 mars 2017, 56 jeunes filles brûlaient vives dans un foyer pour mineur.es géré par l’État du Guatemala sous les yeux et l’indifférence de la police nationale. La veille, elles avaient voulu s’échapper à cause des violences psychologiques, physiques et sexuelles qu’elles subissaient.
Contre tous les féminicides. Ni oubli, ni pardon. Exigeons justice et vérité.

Concert de soutien
Les 56 niñas du Guatemala
Elles brûlaient pendant que nous marchions

Le 8 mars 2017, alors que les femmes du monde entier se mobilisaient pour revendiquer le respect de leurs droits, au Guatemala 56 jeunes filles brûlaient vives dans le foyer pour mineur-es Hogar « seguro » Virgen de la Asunción géré par l’État. La veille, elles avaient voulu s’en échapper à cause des violences psychologiques, physiques et sexuelles qu’elles subissaient. Ramenées par la police, elles avaient été enfermées dans une pièce du foyer, dans laquelle s’est déclenché l’incendie. Les forces de l’ordre qui contrôlaient le bâtiment ne sont pas intervenues et ont empêché quiconque de leur porter secours.

Le foyer, inauguré en 2010, devait être un refuge pour les mineur-es vulnérables tels que des enfants des rues et des mineur-es victimes de violences physiques ou d’exploitation. Pourtant, depuis 2014, les enfants accueilli-es dans ce foyer dénonçaient les conditions inhumaines dans lesquelles ils-elles vivaient (insuffisance des infrastructures, mauvaise alimentation, manque de soins médicaux, emprisonnement, torture, viols, grossesses forcées, prostitution et traite). Des institutions nationales – comme le Bureau du Procureur des droits humains (PDH) – et internationales – comme l’UNICEF – avaient également déjà conseillé la fermeture de ce foyer du fait du manque de moyens pour accueillir et protéger les enfants et les adolescent-es.

Jusqu’à présent, on dénombre une jeune fille morte le 7 mars en sautant d’une fenêtre du foyer, 41 jeunes filles brûlées vives pendant l’incendie et 15 gravement blessées, une survivante de l’incendie tuée par arme à feu en avril et plus de 60 jeunes filles disparues à la suite de l’incendie et qui n’ont toujours pas été retrouvées. Aucun suivi formel des 160 mineur-es relogé-es dans d’autres foyers n’a encore été mis en place.

L’ancien directeur du Secrétariat du Bien-être social, Carlos Rodas Mejía, la vice-secrétaire Anahy Keller et l’ancien directeur du foyer, Santos Torres Ramírez, ont été arrêtés le 13 mars 2017, inculpés pour homicide involontaire, lésions corporelles graves, mauvais traitement contre des mineurs, abus d’autorité et manquement à leurs obligations et finalement placés en détention provisoire. Une audience de présentation des preuves a eu lieu du 15 au 19 mai et leur procès devrait se poursuivre en juin ou juillet.

À trois mois de la tragédie, nous continuons de dénoncer la responsabilité de l’État guatémaltèque qui, loin de garantir les droits des personnes placées sous sa protection, s’est fait complice de ce féminicide en ignorant les plaintes réitérées des jeunes du foyer et les recommandations des institutions nationales et internationales.

Nous dénonçons également la criminalisation des familles des victimes et la persécution et le harcèlement policiers subis par les personnes qui continuent de se mobiliser sur la Place centrale de Ciudad de Guatemala pour demander vérité et justice.

Nous exigeons de l’État guatémaltèque :

  • qu’il fasse accélérer l’enquête sur les faits des 7 et 8 mars 2017
  • qu’il y ait une enquête sur l’assassinat d’une des survivantes de l’incendie à Villanueva
  • qu’il garantisse la protection des jeunes filles survivantes et des 9 mineures qui ont témoigné lors de l’audience de présentation des preuves
  • qu’il mette en place un système de réparation intégrale des familles, qui inclut une dimension psychosociale et économique
  • que justice soit faite contre tous les responsables de l’incendie mais également de toutes les violences subies par les mineur-es qui vivaient dans le foyer
  • qu’il réforme rapidement et en profondeur le système de protection de l’enfance et de l’adolescence en s’appuyant sur les propositions concrètes des organisations de la société civile qui travaillent sur le sujet
  • qu’il garantisse qu’un personnel compétent travaille auprès des mineur-es placé-es sous sa protection

Nous appelons les personnes solidaires à se joindre à nous le samedi 10 juin 2017 au CICP, 21ter rue Voltaire, Paris 11e à 20h pour un concert de soutien aux 56 niñas du Guatemala.

Au programme : prises de parole, chansons, concert de Salsatension, et nourriture et boissons. Entrée libre. Tous les fonds récoltés seront reversés aux familles de 4 jeunes filles actuellement soignées aux Etats-Unis, à travers l’Association nationale contre la maltraitance des enfants du Guatemala.

Contre tous les féminicides. ni oubli, ni pardon.
Exigeons justice et vérité !
#nosduelen56

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net