Centre Hospitalier Emile Roux, Albert Chenevier... : vers une grève reconductible du groupe hospitalier Henri Mondor ?

Pendant que le rapport confidentiel de la chambre régionale des comptes sur la gestion financière de l’AP-HP fait le buzz [1], la grève continue à Emile Roux et une action d’envergure a eu lieu ce vendredi 7 octobre matin, action fédérant les 5 établissement du groupe hospitalier Henri Mondor [2]

En grève reconductible depuis mardi 27 contre la nouvelle Organisation du Temps de Travail (OTT) les hospitalièr·es sont d’autant plus remonté·es que les premiers chiffres issus de cette contre-réforme parlent d’eux-mêmes : entre 2 et 10 jours de repos perdus, un temps de passation entre équipe passant de 19 à 10 minutes, etc. représentent - dans un premier temps - 1089 postes « gagnés » sur un total d’environ 75.000 personnels non médecin.

Echos des luttes d’Henri Mondor à Emile Roux

Il ne faut donc pas s’étonner qu’à Henri Mondor l’AG du 4 octobre lancée par la CGT et SUD Santé ait fait hall comble d’autant plus que les revendications du tract d’appel étaient consensuelles : abrogation immédiate et sans condition de la nouvelle OTT issue du plan Hirsch signé par la CFDT, embauche de tout·es les précaires afin de pouvoir soigner correctement les patient·es, etc. Des revendications de bon sens reprises par le communiqué du 03 octobre à l’issue du Comité Technique d’établissement central [3] (CTEC = Comité d’Entreprise) de la part d’une intersyndicale élargie allant de SUD Santé à la CGC et la CFTC ! À ce rassemblement lors de ce CTEC, les délégations des 5 établissements d’Henri Mondor étaient présentes malgré une préparation à la dernière minute des bureaucraties syndicale, impréparation cachant mal l’unité syndicale de façade qui nuit au décollage des luttes depuis début septembre.

Du côté d’Emile Roux - où les élu·es CGT avaient découvert le 02 août une charte des plannings qui devait s’appliquer sur le groupe hospitalier Henri Mondor - les piquets journaliers de grève au pavillon Duvelle (admissions) maintiennent la pression face à une direction intransigeante et réactive : lors de l’opération self gratuit du 30 septembre, c’est le DRH en personne qui a ramassé les couverts et les entrées/desserts afin d’affamer les personnels en lutte ! L’AG de ce jeudi 06 à 13h45 a permis de préparer l’action « Vendredi Noir » du lendemain. La prochaine AG étant lundi toujours à 13h45, toujours au pavillon Duvelle (admissions).

Du « Vendredi Noir » à la grève reconductible ?

Ce vendredi 7 fut l’occasion de plusieurs opérations escargots menées par plusieurs dizaines de véhicules, drapeaux au vent. Puis plus de 300 hospitalièr·es ont défilé de Chenevier à Mondor avant qu’une délégation ne soit reçue : Martine Orio (Directrice Générale du groupe Mondor) a dû cessé d’ignorer les revendications et enfin reconnaitre qu’elle n’avait aucune marge !

Peut être le début d’une grève reconductible de tout le groupe hospitalo-universitaire Henri Mondor !

JPEG - 27.3 ko

Notes

[1Le Canard Enchaîné du 5 octobre titre « Les hostos parisiens égarent pour 80 millions de factures »

[2Emile Roux, Chenevier, Clémenceau, Joffre-Dupuytren, Henri Mondor

[3Le Conseil de Surveillance se tenant le 12 octobre

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}