À propos du viol collectif qui a eu lieu à Parme, au siège de la RAF (Réseau Antifasciste de Parme)

Traduction d’un texte sur le viol collectif d’une femme dans un local antifasciste à Parme, et du continuum des violences perpétrées par le milieu, comment peut-on se prétendre anarchiste et antifasciste et ne pas VOIR les violences faites aux femmes ?

Nous avons voulu traduire ce texte qui raconte l’histoire de Claudia (le nom a été changé) car elle montre les mécanismes qui permettent la perpétuation des violences sexuelles des hommes contre les femmes.
Mais elle montre aussi LA SOLIDARITE qui peut se mettre en place malgré les phénomènes de meutes. Meutes qui se protègent tentant d’empêcher la parole et la mobilisation, en décrédibilisant, humiliant, marginalisant et terrorisant la victime. Et aussi et surtout LE COURAGE de Claudia et de nous toutes.
Un viol collectif a eu lieu dans un espace militant antifasciste, à Parme, en Italie, comme cela se passe partout dans la société.
C’est difficile d’aller contre son propre groupe d’appartenance quand il nous accuse de le fragiliser, de le trahir et nous rend responsable du chaos. Ce transfert de responsabilité est mis en place pour nous faire taire mais les traîtres ce sont les violeurs et tous ceux qui les soutiennent !!
La seule solution c’est la lutte et la solidarité entre les femmes.

Les traductrices Arrabbiate lestraductricesarrabbiate@autistiche.org

« COMMENT REPARER 4 FISSURES AVANT QUE QUELQUE CHOSE NE SE CASSE DEFINITIVEMENT »

Au mois de septembre 2010, à Parme, rue Testi, un nombre incertain d’individus (entre 4 et 6) ont été acteurs et/ou spectateurs d’un viol collectif d’une jeune femme qui était âgée d’à peine 18 ans.
Cette violence a été perpétrée sur une personne inconsciente, état qui n’a pu être causé par le peu de vin qu’elle se souvient avoir bu.
Au moment du viol, elle était incapable de donner son consentement ou de résister physiquement ou verbalement. Nous le savons car les violeurs ont filmé la scène avec leur portable. Ce que l’on voit dans cette vidéo ne nous laisse aucun doute concernant la nature de la violence dont ils sont coupables, car en plus de leur acte terrible ils avaient la volonté de la faire doublement souffrir en la pénétrant avec un fumigène.
Nous aurions préféré ne pas entrer dans les détails mais cet élément est important car cet objet ou plutôt son nom est devenu le surnom péjoratif de la victime, les mois qui ont suivi le viol.
La fille au fumigène ne pouvait vraiment pas imaginer que les faits de cette nuit-là, qu’elle n’avait jamais dénoncé, par peur, honte ou par besoin de tout laisser derrière elle et d’oublier, étaient devenus un phénomène « viral ».
Cette vidéo a été visionnée par des dizaines et des dizaines de personnes, regardée et à nouveau regardée, jusqu’à la faire devenir le symbole de leur domination et de son humiliation, un spectacle obscène pour rire et se vanter.

Et jusque là, tout va mal, très mal….

Mais le pire doit encore arriver, parce que rue Testi, à Parme, il n’y a pas un bar, une boîte de nuit, une habitation privée et pas non plus un bois obscur et menaçant ou une ruelle sombre et dégradée d’un quartier dangereux. Rue Testi, il y avait un immeuble comme tant d’autres, ces blocs de béton tous identiques… mais celui-ci était différent.
Dans ce bloc de béton armé il y avait le local de la RAF (réseau antifasciste de Parme) et les personnes impliquées dans cette histoire d’horreur et de violence sont des hommes et des femmes qui appartenaient ou fréquentaient la RAF.

Ici, à cet instant, quelque chose se casse.

PREMIERE FISSURE

Nous sommes convaincues que le fascisme n’est pas un fait historique qui se rattache exclusivement à la période des vingt ans du régime fasciste en Italie. Nous pensons que les fascistes ne sont pas seulement les nostalgiques de cette époque, car le fascisme n’est pas seulement un parti politique, un régime du passé ou une tendance politique à laquelle s’unir ou contre laquelle lutter. Le fascisme est avant tout une attitude, une manière de penser, d’agir, de lutter et de haïr. Être fasciste, c’est utiliser sa force pour normaliser et uniformiser la diversité et opprimer les minorités. Être fasciste, c’est utiliser la faiblesse d’autrui pour imposer avec la violence sa volonté. Être fasciste, c’est discriminer sur la base de la sexualité, du genre, du corps, de la spiritualité, de la religion, de l’espèce, de l’âge ou de la condition sociale ou culturelle.
Aujourd’hui nous ne pouvons pas parler d’antifascisme sans condamner tous les sexismes, les racismes, les classismes et les specismes.
Parce que la lutte pour la libération des femmes et des hommes est une guerre pour la liberté qui inclut la défense des opprimé-e-s, des animaux et de la Terre. Une guerre contre le désespoir, l’ignorance et le pouvoir qui opprime. Un viol est toujours et de toutes façons, un acte fasciste même si celui qui le commet se déclare antifasciste. L’antifascisme n’est pas seulement un slogan à crier au stade ou un patch à coudre sur son bombers. Être antifasciste c’est penser et agir de manière antifasciste. Quiconque viole est un fasciste et nous le combattons en tant que fasciste et violeur. Quiconque respire, bouge et parle de notre côté de la barricade et se permet d’avoir des attitudes fascistes sera combattu en tant que fasciste et tas de merde stupide et inconsistant.

Que s’est-il passé dans les jours, les semaines et les mois qui ont suivi le viol ?
La jeune femme ne l’a pas dénoncé à la police, elle n’en a parlé à personne. La vidéo continue à circuler, tout le monde la regarde mais personne ne VOIT la violence. Les hommes qui étaient autour de la table où gisait inerte la jeune femme, ont continué à fréquenter les manifestations, les concerts, les espaces occupés et autogérés…
Et ils riaient, parlaient, buvaient des bières, sortaient avec des femmes, créaient de nouvelles amitiés malgré le fait qu’une vidéo circulait dans laquelle « ils baisaient » avec une femme qui semblait morte. Ils ne considéraient pas cela comme un problème et personne ne leur faisait remarquer. La jeune femme n’a pas de souvenirs très précis mais elle sait que ce groupe de personnes lui a fait quelque chose d’horrible, quelque chose qu’elle a vécue comme une violence. Elle veut savoir pourquoi on lui attribue ce surnom, pourquoi les camarades de Parme (et pas seulement) l’appellent Fumigène. C’est un ami qui lui dit, un ami qui dit : « c’est à cause de la vidéo qui circule, à cause de ce qui est arrivé cette nuit-là… »

DEUXIEME FISSURE :

Si une femme ou un homme perçoit une attitude comme dérangeante ou violente, cette attitude est un abus. Si une femme ou un homme est de façon évidente altérée par les effets de l’alcool ou d’une drogue, elle/il ne peut pas donner son consentement.
Sans consentement c’est un viol.
Cela peut arriver que nous nous sentions dégradées ou violées après un rapport sexuel, même si, au début, nous avions donné notre consentement. Ne pas savoir percevoir ou ignorer les signaux du mal-être de l’autre, est une violence. Si une femme ressent du plaisir pendant un rapport sexuel, elle l’exprime. La passivité totale est souvent le symptôme d’un mal-être qui ne parvient pas à s’exprimer. Le silence ne signifie pas le consentement. Sans consentement c’est un viol. Recommencer un rapport sexuel sans consentement est une violence.
Et cela ne compte pas, si dans d’autres situations nous avons donné notre consentement pour des relations de nature intime, sexuelle ou sentimentale. La violence a lieu trop souvent entre des murs : murs domestiques, murs de relations et murs d’appartenance à un groupe social et cela ne la rend pas moins grave. Et la moralité (intime ou politique) d’une femme ne peut pas justifier l’abus de pouvoir d’un homme. Si nous ne donnons pas de consentement et si nous percevons une parole, une attitude ou une relation comme dégradante ou violente, c’est un viol. Et ceci devrait être évident pour qui se déclare antifasciste et donc antisexiste. Toute personne qui ne le comprend pas et qui ne fait pas de distinction entre une femme qui jouit et une femme qui subit une violence, sera combattue en tant que fasciste, machiste et horrible tas de merde inconsistant.

Le viol – réduit à un spectacle ridicule utilisé par la misère humaine des hommes et des femmes à qui il manque non seulement les bases théoriques, mais aussi simplement le cœur et la tête pour comprendre – aurait pu rester impuni. Un poids horrible réservé à la victime, qui, entre temps, s’écroule émotivement et est prise dans une spirale d’autodestruction et dans une recherche désespérée de chaleur et d’affection ; une spirale vers le bas, faite de choix erronés, de relations toxiques et de merde qu’on peut imaginer et/ou prévoir sans avoir besoin de chercher sur google « stress post traumatique après violence sexuelle ». Elle, seule, à la merci de ses démons // les autres, les violeurs (et spectateurs de l’horreur) parmi nous.

Mais au mois d’août 2013 une bombe artisanale explose à quelques pas des locaux de Casa Pound (organisation fasciste) de Parme et, comme d’habitude, les enquêtes frappent le mouvement antifasciste et anarchiste de Parme et des zones limitrophes. Certains disent qu’il y a eu des fuites, d’autres disent que c’est Casa Pound qui a donné les informations ou c’est peut être le déroulement normal des enquêtes. Peu importe le comment, ce qui compte c’est que les enquêteurs ont pris connaissance de la vidéo – que les violeurs avaient filmée et diffusée – et d’un nom : le nom et prénom de celle que trop de monde avait appelé la fille au fumigène.
Seule, avec ses démons et un nombre incalculable de gendarmes qui lui posent des questions pendant des heures et des heures. Qui lui demandent quels rapports elle avait avec ce groupe d’hommes et de femmes, qui se trouvait dans le local de la RAF et qui lui demandent si elle les fréquente, s’ils sont ses amis, s’ils sont ses camarades.
Non, elle ne les fréquente pas.
Pourquoi elle ne les fréquente pas ? Elle a peut être eu un conflit ? Ils lui ont fait quelque chose ? A-t-elle déjà été rue Testi ? Et qu’est ce qui lui est arrivée rue Testi ? Et puis ils lui montrent la vidéo. Et encore des questions. C’est elle dans la vidéo ? Qui était présent cette nuit là rue Testi ? Ils commencent à donner des noms. Lui, il y était ? Et lui ? Elle est certaine qu’il n’y avait pas celui-là ? Certains ont été identifiés dans la vidéo. On entend des voix. A qui appartiennent ces voix ?
Après des heures et des heures interminables ils nomment certaines personnes dont elle se souvient dans le local de la RAF le jour du viol. Et combien…. combien d’entre nous seraient vraiment capables, malgré nos solides convictions, de tenir ?

TROISIEME FISSURE :

Tous ceux qui se déclarent « anarchistes » devraient refuser l’État, ses Institutions et désavouer la justice des tribunaux parce que la légalité n’est pas la justice. Les anarchistes donc, ne devraient pas chercher à corriger les torts subis en faisant appel à ceux qui ont créé les lois, à ceux qui les imposent et qui punissent ceux qui ne les respectent pas. Ceci parce que l’anarchie est auto-organisation et autogestion, avec le but suprême du bien commun, qui devrait surpasser l’intérêt individuel.
Pouvons-nous encore nous définir anarchistes si pour maintenir et garantir le bien d’un groupe, il faut écraser d’autres individus, garder le silence sur le mal-être et tourner le dos à nos idéaux ?
Si nous refusons cette loi sourde et aveugle qui est imposée du haut et punit ceux qui n’obéissent pas, pouvons-nous reproduire ce modèle imposant la stérilité à notre théorie, aux frais de l’empathie, du bon sens et de l’humanité ?

« Celui ou celle qui parle avec la police est un traître et ne doit pas mettre les pieds dans nos espaces »

Alors, demandons-nous pourquoi les premiers à avoir VU la violence dans cette vidéo, que tant de camarades anarchistes avaient vue, ont été les gendarmes et les magistrats.
Pourquoi une jeune femme qui a subi une telle violence s’est retrouvée seule et pas préparée « entre les mains » des forces armées, formées pour gérer ces situations à leur avantage ? Où étions-nous, ces trois ans qui se sont écoulés entre le viol et le jour où les patrouilles sont allées chercher la jeune femme chez sa famille ? Pourquoi au lieu de diffuser la vidéo, de l’humilier, d’organiser des assemblées avec les violeurs il n’a pas été construit un mur pour protéger la jeune femme ? Pourquoi pour sauver le groupe il a été décidé d’abandonner celle qui en avait vraiment besoin ?

« Les personnes fragiles affaiblissent le mouvement parce qu’elles peuvent être manipulées par les flics et les fachos ».

Nous pensons, au contraire, que le mouvement est faible s’il n’est pas en capacité d’accueillir et de protéger les faibles et les opprimé-e-s.
Nous pensons que le mouvement s’affaiblit s’il s’accroche à des théories de pureté et d’intégrité, sans avoir la capacité d’accueillir (de former et d’informer) aussi ceux et celles qui n’obéissent pas aux textes sacrés du révolutionnaire parfait.
Nous avons la ferme conviction que ce n’est pas le moment de faire un procès à l’intégrité politique d’une femme qui a subi d’abord la violence des violeurs et ensuite celle de l’État, parce que ses actes ne peuvent pas faire passer en second plan la condamnation du viol et de la violence sexiste commise par ceux qui se déclarent camarades, anarchistes, antifascistes.
Si nous devons faire un procès politique, alors faisons-le aussi à qui a violé et diffusé la vidéo, à qui l’a appelée fumigène et faisons-le surtout à nous-mêmes. C’est nous qui devrions en premier nous mettre sur le banc des accusé-e-s et nous demander ce que nous avions dans la tête quand nous n’avons pas voulu prendre position « parce qu’elle a subi un viol, MAIS… »

Pendant cet interrogatoire, qui a eu lieu des années après le viol, une déposition a été retranscrite par les gendarmes, signée par la jeune femme, avec les noms de ceux qu’elle se rappelait avoir été présents cette nuit-là rue Testi. Parmi ces noms il y avait une personne qui a déclarée se trouver à l’étranger à l’époque des faits et qui a donc été acquittée par l’État. Parmi les autres nommés et convoqués par les forces armées en tant que personnes informées des faits, 4 hommes identifiés dans la vidéo ont été accusés et passent en procès maintenant (dont un se trouve à l’étranger et n’a pas été localisé). Il faut se rappeler que nous parlons d’une personne qui n’a jamais dénoncé et qui n’avait aucune intention de le faire, mais qu’elle s’est retrouvée à devoir se constituer partie civile dans un procès pour crime de viol collectif. Non pour un acte politique, non pour une action du mouvement, mais pour violence sexuelle avec de nombreuses circonstances aggravantes, vu qu’elle était inconsciente lors des faits. Quatre personnes en plus sont accusées d’incitation et de complicité. Ils ont, selon les enquêteurs, menti pour couvrir les violeurs ou menacé la victime pour qu’elle nie le viol subi. La victime a été bombardée de messages de menaces et d’insultes sexistes depuis le début du processus juridique. Trop souvent elle a été chassée violemment des espaces occupés et autogérés, sans être écoutée.
Même si nous pouvons considérer qu’il est grave de faire appel à la justice, nous pensons que ça reste moins grave que ce qu’elle a subit. Pour « venger » ceux qui avaient été convoqués par la police ou pour protéger les violeurs, une impitoyable machine s’est mise en marche, alimentée de rumeurs absurdes, de menaces et même d’agressions physiques contre elle. En l’accusant d’être une « balance » le message est passé, qu’il est plus grave de dénoncer un viol que de violer. Bien que le viol se soit produit dans un espace politique, il est difficile de prendre position parce qu’elle a fait ça, elle a dit ça et parce qu’elle est…. Et nous n’arriverons pas à croire que ceux qui la condamnent pour avoir parlé avec la police, veuillent cela. Nous espérons vivement que le mouvement soit suffisamment mature et lucide pour distinguer les deux choses et contextualiser les faits. Condamner la violence sans si et sans mais et puis dans un autre lieu et avec les bonnes pratiques*, réfléchir sur les raisons pour lesquelles tout cela est arrivé.

*LES BONNES PRATIQUES : Combien parmi nous lui ont écrit pour lui demander sa version ? Combien d’entre nous l’ont menacée avec des messages anonymes ou sur facebook pour ensuite la bloquer et ne pas lui donner la possibilité de parler ? Combien d’entre nous ont diffusé la parole des accusés sans remettre en cause la source ? Combien d’entre nous ont estimé que ce qu’elle a fait était plus grave que le viol qu’elle avait subi ? Combien d’entre nous attaquent la justice des tribunaux pour ensuite formuler ses propres accusations avec ses propres règles et méthodes ? Combien ont demandé à voir la vidéo parce que sinon, « nous n’y croyons pas » ? Et c’est comme ça qu’on pense gérer notre justice au sein de nos espaces ?

QUATRIEME FISSURE

A la base de l’antisexisme il devrait y avoir la force de condamner n’importe quelle forme de violence contre les femmes en tant que femmes. Cela ne veut pas dire défendre une femme par parti pris, mais condamner tous les viols même s’ils ont été commis par des « camarades », des amis ou les hommes qu’on aime. Et même s’il est commis contre une femme qu’on n’aime pas, une ennemie et qu’elle nous a fait du mal. Une féministe n’insulte pas une autre femme pour son aspect physique, pour ses préférences sexuelles ou pour ses appétits érotiques. Une féministe n’utilise pas des expressions violentes et machistes contre une autre femme. Il n’y a JAMAIS de bonnes raisons, la violence sexiste (physique ou verbale) est pour nous condamnable, inacceptable et nous la combattrons de toutes nos forces.

CONCLUSION :

Si, en tant qu’anarchistes, nous voulons créer une sociabilité autre à l’intérieur de nos espaces libertaires, revendiquer nos idées et autodéterminer nos corps, rejeter le rôle des institutions sous toutes ses formes, combattre le bras armé de l’état au point d’appeler consciemment une « balance » celui qui dénonce un camarade…
Nous ne pouvons que nous demander aujourd’hui, ce que nous avons fait pendant ces années où nous aurions dû chercher les façons de protéger une victime, conscient-e-s de notre rôle, avant la machine judiciaire, avant l’étonnement face à l’écroulement émotif d’une femme.
Six ans de silence.
Et pourtant, nous savons très bien que l’omerta est depuis toujours l’amie fidèle de la violence masculine.
Comment pouvons nous définir comme libertaire un espace où une violence aussi grave qu’un viol peut avoir lieu ? Comment pouvons-nous définir comme anarchiste celui qui perpétue des attitudes que nous condamnons dans la société patriarcale, fasciste et violente ? Comment pouvons nous définir ces espaces comme libertaires et nous définir comme libres ?

Ce qui lui est arrivé pourrait arriver à n’importe laquelle d’entre nous. Si nous mettons de côté la théorie abstraite, la martialité d’un code et la culture du « super homme, je l’ai dure » que nous préférons laisser aux prédicateurs, aux soldats et à ceux qui se la jouent, nous ne pouvons qu’être fières d’elle et de sa force, aujourd’hui, parce que ce qu’elle a vécu aurait pu anéantir beaucoup d’entre nous. Cette incroyable force qu’elle est en train de démontrer en voulant revendiquer le droit à fréquenter nos espaces et son courage devant l’obscénité présente dans la salle d’audience, où elle se retrouve – devant les yeux de ses violeurs – à revivre chaque instant, chaque sensation, chaque souvenir lié à cette nuit et à sa vie intime passée et présente.

Et aujourd’hui nous nous levons, debout, droites comme des clous qui brillent dans une nuit magnifique, ensemble contre la violence de cette nuit rue Testi, la honte de cette vidéo diffusée et l’horreur de ce surnom. Contre l’abandon et l’incapacité de voir le mal-être d’une femme. Contre l’omerta et le mur de silence. Contre les attitudes et le langage utilisés contre elle. Contre ceux qui l’ont mise en procès, condamnée et punie se basant sur des rumeurs et des faits incomplets et biaisés. Contre ceux qui l’ont menacée, agressée, éloignée des espaces occupés en utilisant la violence…
Et c’est contre tout cela qu’en ouvrant la bouche, ce cri est sorti.

Féministes de Parme
Pour les contacter écrire à romantikpunx@gmail.com

Ici la version originale :
https://abbattoimuri.wordpress.com/...
Emission radio sur la 6ème et dernière audience :
https://www.ondarossa.info/newsreda...

Contexte actuel :
Il y a eu 6 audiences et lors des deux premières, Claudia était seule. Le procès s’est déroulé à huit clos et elle s’est retrouvée seule face aux violeurs.
Les violeurs ont utilisé la pire des lignes de défense, et comme d’habitude dans ce type de procès, ils ont mis en cause sa conduite sexuelle et sa santé mentale ! La victime a été soumise à un procès moral honteux, à l’intérieur du tribunal mais aussi en dehors.
Les féministes se sont organisées.
A partir de la troisième audience plein de monde s’est retrouvé hors du tribunal pour la soutenir, elle n’était plus seule enfin.
Plusieurs bombages sont apparus sur les murs de Parme avec les noms des violeurs et des diffusions de tracts ont été faites. Un mouvement de soutien de femmes et de lesbiennes s’est mobilisé à Parme, Bologne, Milan, Turin. Des assemblées permanentes sur la culture du viol et le sexisme se sont réunies dans ces villes.
Il y a eu une déchirure dans le mouvement, des intimidations mais la partie solidaire s’est élargie de plus en plus.
Elle sortait des audiences dans un état terrible, les compagnes étaient avec elle. Elle ne voulait pas le procès mais elle a été déterminée à continuer et a eu la force pour le faire.
Le 14 juillet trois violeurs ont été condamnés à 4 ans de prison. Leurs avocats ont utilisé tout ce qu’ils pouvaient pour écraser Claudia, dont la projection image par image de la vidéo en salle d’audience. La justice a participé à la mise en scène de cette torture. La condamnation des violeurs représente l’échec de cette stratégie de destruction.
Claudia n’est plus seule et les liens se sont renforcés entre les femmes mobilisées.
La lutte n’est pas finie ! Les violeurs ont fait appel et Claudia sera obligée de revivre une violence ultérieure, celle de l’in-justice patriarcale et ses tribunaux. Restons unies et continuons à nous battre toutes ensemble !

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}